Search
dimanche 29 jan 2023
  • :
  • :

Les boulangeries de Vittel craignent la hausse de l’électricité Malgré une situation compliquée pour la profession, les artisans entendent rester positifs

Écouter cet article
image_pdfimage_print

La boulangerie Fritsch proche de l’église Saint Rémy à Vittel
De nombreuses boulangeries pourraient fermer dès le début de l’année 2023 en raison de la hausse des tarifs de l’énergie, malgré des aides annoncées par le ministère de l’Économie. Vittel avec une population d’un peu moins de 5000 habitants, compte 4 boulangeries en activité.

Comme partout en France, les boulangers vittellois sont touchés de plein fouet par l’inflation et l’augmentation des prix de l’énergie. Ces artisans de bouche savent cependant que depuis ce mardi 3 janvier, ils pourront résilier sans frais leur contrat de fourniture d’électricité en cas de hausse de prix excessive, si l’augmentation annoncée menace la survie de l’entreprise. Petit tour d’horizon des boulangers de la cité thermale.

Nancy et Éric sont installés depuis deux ans à l’entrée de la rue principale, rue de Verdun. Tout au long de l’année et avec une seule journée de fermeture le lundi, ce commerce de centre ville ne désemplit pas. Pour les propriétaires, l’électricité est un sujet de préoccupation. Leur contrat négocié avec leur fournisseur court jusqu’à juin 2023. Nancy et Éric restent donc confiants mais tendent le dos pour la suite. Ils attendent de savoir quelles vont être les aides gouvernementales.

Concernant la seconde des boulangeries de la rue située seulement à quelques mètres de la première, le moral semble être au beau fixe. Pas d’inquiétude particulière pour les patrons qui ne s’inquiètent pas outre mesure, sans toutefois vouloir communiquer ouvertement  sur le sujet. Du côté de la boulangerie tenue par la famille Fritsch proche de l’église Saint Rémy, l’augmentation de l’énergie inquiète la direction. Volontaires et optimistes avec un commerce extrêmement fréquenté par les Vittellois, les propriétaires pourraient voir une note annuelle passer de 10 000 à 30 000 euros et s’inquiètent. Quant à Kevin et son épouse installés au 87 de la rue Saint Éloi, le moral malgré les soucis d’augmentation reste au beau fixe avec un esprit batailleur pour continuer le service à la clientèle. Leur contrat court encore sur 6 mois avec leur fournisseur.

La boulangerie Fritsch proche de l’église Saint Rémy à Vittel De nombreuses boulangeries pourraient fermer dès le début de l'année 2023 en raison de la hausse des tarifs de l'énergie, malgré des aides annoncées par le ministère de l'Économie. Vittel avec une population d’un peu moins de 5000 habitants, compte 4 boulangeries en activité.

Comme partout en France, les boulangers vittellois sont touchés de plein fouet par l’inflation et l’augmentation des prix de l’énergie. Ces artisans de bouche savent cependant que depuis ce mardi 3 janvier, ils pourront résilier sans frais leur contrat de fourniture d’électricité en cas de hausse de prix excessive, si l’augmentation annoncée menace la survie de l’entreprise. Petit tour d’horizon des boulangers de la cité thermale.

Nancy et Éric sont installés depuis deux ans à l’entrée de la rue principale, rue de Verdun. Tout au long de l’année et avec une seule journée de fermeture le lundi, ce commerce de centre ville ne désemplit pas. Pour les propriétaires, l’électricité est un sujet de préoccupation. Leur contrat négocié avec leur fournisseur court jusqu’à juin 2023. Nancy et Éric restent donc confiants mais tendent le dos pour la suite. Ils attendent de savoir quelles vont être les aides gouvernementales.

Concernant la seconde des boulangeries de la rue située seulement à quelques mètres de la première, le moral semble être au beau fixe. Pas d’inquiétude particulière pour les patrons qui ne s’inquiètent pas outre mesure, sans toutefois vouloir communiquer ouvertement  sur le sujet. Du côté de la boulangerie tenue par la famille Fritsch proche de l’église Saint Rémy, l’augmentation de l’énergie inquiète la direction. Volontaires et optimistes avec un commerce extrêmement fréquenté par les Vittellois, les propriétaires pourraient voir une note annuelle passer de 10 000 à 30 000 euros et s’inquiètent. Quant à Kevin et son épouse installés au 87 de la rue Saint Éloi, le moral malgré les soucis d’augmentation reste au beau fixe avec un esprit batailleur pour continuer le service à la clientèle. Leur contrat court encore sur 6 mois avec leur fournisseur.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.