Search
samedi 3 déc 2022
  • :
  • :

TGV entre Nancy et Dijon : pas avant 2026

Écouter cet article
image_pdfimage_print

tgv-trainJusqu’en 2018, deux allers-retours TGV quotidiens reliaient la Lorraine au Sud de la France. Seuls accès directs vers le Sud, ces liaisons devaient – après plusieurs phases de travaux sur le nœud ferroviaire lyonnais – reprendre du service pour garantir aux habitants du Grand Est, une offre de transport optimale.

Afin de réduire l’impact de ces suppressions pour la mobilité de son territoire, la Région avait repris à son compte – en 2019 – la liaison entre Nancy et Dijon avec notamment un arrêt vosgien à Neuchâteau.

Alors que SNCF Voyageurs a indiqué qu’elle n’avait plus l’intention de desservir cet axe par TGV2, la Région a poussé pour qu’une offre de Trains d’Equilibre du Territoire (TET) soit étudiée par la Direction Générale des Infrastructures, des Transports et des Mobilités (DGITM).

Le projet de desserte promettait trois allers-retours quotidiens afin de désenclaver le Sud Lorraine en offrant des connexions régulières et efficaces vers Dijon et au-delà, tout en améliorant la relation entre les deux métropoles nationales de Nancy et Dijon.

Cette offre ne serait finalement pas mise en service avant 2026, voire 2027. « Un délai bien trop long, pour tout un territoire abandonné par le départ des TGV » explique la Région Grand Est dans son communiqué.

La Collectivité en appelle au Ministère des Transports pour que cette offre TET complémentaire aux TER Grand Est puisse voir rapidement le jour et que SNCF priorise enfin ce projet afin que ses habitants puissent à nouveau bénéficier d’une ouverture vers le Sud.

tgv-trainJusqu’en 2018, deux allers-retours TGV quotidiens reliaient la Lorraine au Sud de la France. Seuls accès directs vers le Sud, ces liaisons devaient – après plusieurs phases de travaux sur le nœud ferroviaire lyonnais – reprendre du service pour garantir aux habitants du Grand Est, une offre de transport optimale. Afin de réduire l’impact de ces suppressions pour la mobilité de son territoire, la Région avait repris à son compte – en 2019 – la liaison entre Nancy et Dijon avec notamment un arrêt vosgien à Neuchâteau. Alors que SNCF Voyageurs a indiqué qu’elle n’avait plus l’intention de desservir cet axe par TGV2, la Région a poussé pour qu’une offre de Trains d’Equilibre du Territoire (TET) soit étudiée par la Direction Générale des Infrastructures, des Transports et des Mobilités (DGITM). Le projet de desserte promettait trois allers-retours quotidiens afin de désenclaver le Sud Lorraine en offrant des connexions régulières et efficaces vers Dijon et au-delà, tout en améliorant la relation entre les deux métropoles nationales de Nancy et Dijon. Cette offre ne serait finalement pas mise en service avant 2026, voire 2027. « Un délai bien trop long, pour tout un territoire abandonné par le départ des TGV » explique la Région Grand Est dans son communiqué. La Collectivité en appelle au Ministère des Transports pour que cette offre TET complémentaire aux TER Grand Est puisse voir rapidement le jour et que SNCF priorise enfin ce projet afin que ses habitants puissent à nouveau bénéficier d’une ouverture vers le Sud.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.