Search
samedi 3 déc 2022
  • :
  • :

Jean – Jacques Gaultier interpelle le Ministre sur le remboursement des cures thermales Les cures thermales sont actuellement remboursées a 65 % sur prescription médicale

Écouter cet article
image_pdfimage_print

Jean - Jacques Gaultier
Jean – Jacques Gaultier, député des Vosges est intervenu en séance de Questions au Gouvernement ce mardi 18 octobre 2022. Il a interpellé le Ministre de la Santé et de la Prévention sur les risques d’un éventuel déremboursement des cures thermales.
Le député de la 4ème circonscription des Vosges à tenu à associer à sa question ses collègues parlementaires dont Nicolas Ray, député de Vichy dans l’Allier, Fabrice Brun, député de l’Ardèche, et tant d’autres sur tous les bancs. La question de Jean – Jacques Gaultier s’adressait à M. le Ministre de la santé et de la prévention, et avait pour objet le remboursement des cures thermales par l’assurance maladie.

Ces cures sont actuellement remboursées à 65 % sur prescription médicale, et représentent 0,15 % des dépenses de l’assurance maladie. La convention qui lie les établissements thermaux à l’assurance maladie arrive à échéance à la fin de l’année, et une nouvelle convention est en cours de négociation, pour une entrée en vigueur au 1er janvier 2023.

« Certains ici même, évoquent un éventuel déremboursement et remettent en cause l’efficacité des cures thermales. Ce déremboursement présenterait un triple risque, d’abord économique. Les établissements accueillent 600 000 curistes chaque année dans une centaine de stations thermales de la France entière, réalisant 500 millions d’euros de chiffre d’affaires. Le risque est ensuite territorial, puisque 70 % de ces stations comptent moins de 5 000 habitants et sont situées dans des territoires ruraux déjà fragilisés par deux années de covid. Le déremboursement présenterait un risque pour les patients enfin car les curistes bénéficient de soins dont le service médical rendu, est évalué notamment par les experts désignés par le ministère et par l’Association française pour la recherche thermale ( Afreth ). Ces derniers confirment le service médical rendu et soulignent une diminution des journées d’hospitalisation et de la consommation médicamenteuse. La question était de savoir si pour nos patients et pour nos territoires, le Ministre est favorable au maintien du remboursement des cures thermales », déclare Jean – Jacques Gaultier.

Dans sa réponse Madame Agnès Firmin Le Bodo, Ministre déléguée chargée de l’organisation Territoriale et des Professions de Santé, a rappelé que le gouvernement était particulièrement attentif au secteur thermal qui emploie de nombreux salariés et continuera à le soutenir. « Parce que la prévention est au cœur du thermalisme, le ministre de la santé et de la prévention doit soutenir le thermalisme. Parce que la Banque des territoires, la Caisse des dépôts et consignations, l’État, les régions, les départements et les communes soutiennent le thermalisme et y investissent fortement, comme dans les Vosges, le Gouvernement tout entier doit soutenir le thermalisme », poursuit Monsieur Gaultier.

Le député de la 4ème circonscription a également interpellé la Première Ministre qui lui a répondu avoir bien conscience du sujet.
Jean –  Jacques Gaultier en sa qualité de député mais également de Président de la Fédération Thermale du Grand Est reste très attentif à ce sujet et demande de rester mobilisés car les choses ne sont pas clairement dites.

Jean - Jacques Gaultier Jean - Jacques Gaultier, député des Vosges est intervenu en séance de Questions au Gouvernement ce mardi 18 octobre 2022. Il a interpellé le Ministre de la Santé et de la Prévention sur les risques d’un éventuel déremboursement des cures thermales. Le député de la 4ème circonscription des Vosges à tenu à associer à sa question ses collègues parlementaires dont Nicolas Ray, député de Vichy dans l’Allier, Fabrice Brun, député de l’Ardèche, et tant d’autres sur tous les bancs. La question de Jean - Jacques Gaultier s’adressait à M. le Ministre de la santé et de la prévention, et avait pour objet le remboursement des cures thermales par l’assurance maladie.

Ces cures sont actuellement remboursées à 65 % sur prescription médicale, et représentent 0,15 % des dépenses de l’assurance maladie. La convention qui lie les établissements thermaux à l’assurance maladie arrive à échéance à la fin de l’année, et une nouvelle convention est en cours de négociation, pour une entrée en vigueur au 1er janvier 2023. « Certains ici même, évoquent un éventuel déremboursement et remettent en cause l’efficacité des cures thermales. Ce déremboursement présenterait un triple risque, d’abord économique. Les établissements accueillent 600 000 curistes chaque année dans une centaine de stations thermales de la France entière, réalisant 500 millions d’euros de chiffre d’affaires. Le risque est ensuite territorial, puisque 70 % de ces stations comptent moins de 5 000 habitants et sont situées dans des territoires ruraux déjà fragilisés par deux années de covid. Le déremboursement présenterait un risque pour les patients enfin car les curistes bénéficient de soins dont le service médical rendu, est évalué notamment par les experts désignés par le ministère et par l’Association française pour la recherche thermale ( Afreth ). Ces derniers confirment le service médical rendu et soulignent une diminution des journées d’hospitalisation et de la consommation médicamenteuse. La question était de savoir si pour nos patients et pour nos territoires, le Ministre est favorable au maintien du remboursement des cures thermales », déclare Jean - Jacques Gaultier. Dans sa réponse Madame Agnès Firmin Le Bodo, Ministre déléguée chargée de l’organisation Territoriale et des Professions de Santé, a rappelé que le gouvernement était particulièrement attentif au secteur thermal qui emploie de nombreux salariés et continuera à le soutenir. « Parce que la prévention est au cœur du thermalisme, le ministre de la santé et de la prévention doit soutenir le thermalisme. Parce que la Banque des territoires, la Caisse des dépôts et consignations, l’État, les régions, les départements et les communes soutiennent le thermalisme et y investissent fortement, comme dans les Vosges, le Gouvernement tout entier doit soutenir le thermalisme », poursuit Monsieur Gaultier. Le député de la 4ème circonscription a également interpellé la Première Ministre qui lui a répondu avoir bien conscience du sujet. Jean -  Jacques Gaultier en sa qualité de député mais également de Président de la Fédération Thermale du Grand Est reste très attentif à ce sujet et demande de rester mobilisés car les choses ne sont pas clairement dites.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.