Search
mercredi 10 août 2022
  • :
  • :

La caporale Laurine Durand a désormais son nom gravé sur le monument aux morts

image_pdfimage_print

IMG_20220627_183412

Ce dimanche matin, une foule inhabituelle s’est regroupée dans le petit village d’Attignéville pour se souvenir de Laurine  Durand.

Laurine Durand était une enfant du village. Elle a été en maternelle puis en élémentaire à l’école du village et, par la suite, au collège et lycée à Neufchâteau. Réservée, gentille : les qualités ne lui manquaient pas.

Elle venait de fêter ses 20 ans, quand son bipeur a retenti en milieu de matinée ce 25 août 2005 pour partir en intervention à Sandaucourt sur un feu de grange.

Elle est partie en disant à sa mère Blandine : « Je pars en inter sur un feu. » Le son de sa voix résonne encore aujourd’hui dans la maison de la famille Durand. Laurine sera blessée mortellement par l’écroulement d’un mur alors qu’elle intervenait sur un feu de hangar agricole à Sandaucourt

Décorée à titre posthume par le ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy, elle fut nommée au grade de caporal. Une stèle fut installée en 2006 devant la caserne de Châtenois et son nom fut donné à la caserne. Une rue à Sandaucourt porte aussi son nom.

Elle fut la première femme en France décédée en service commandé.

Le Préfet des Vosges, aux côtés des autorités civiles, du Colonel Larry Ouvrard et en présence du sous-préfet de l’arrondissement de Neufchâteau, Gaël Rousseau, a présidé la cérémonie d’hommage au Caporal Laurine Durand, cérémonie ou la Caporale s’est vue décerner la mention « morte pour le service de la Nation ».

En préambule à la cérémonie, le Commandant Sébastien Keller, commandant des troupes a passé une dernière inspection.

Les troupes ont ensuite accueilli le drapeau du 88ème Corps départementale de Sapeurs-pompiers, le drapeau a pris sa place à la tête du Corps pour la suite de la cérémonie.

Le Colonel a passé en revue le dispositif présent pour cette prise d’armes, accompagné par M. le préfet et M. le maire d’Attignéville.

Le voile rouge recouvrant le nom de Laurine, a ensuite été retiré par sa sœur Lucie, elle aussi pompier volontaire, accompagné d’ Yves Seguy, préfet des Vosges.

Trois gerbes ont ensuite été déposées au pied du monument.

La cérémonie s’est terminée autour d’un verre de l’amitié en présence de la famille et des amis de Laurine Durand.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.