Search
jeudi 26 mai 2022
  • :
  • :

Les agriculteurs des Vosges veulent des prix justes

image_pdfimage_print

À gauche Raphaël Simonin de la FDSEA Vosges et Yohann Barbe, président JA88

Les agriculteurs de la plaine des Vosges se sont donnés rendez-vous devant l’entrée du supermarché E.Leclerc de Contrexéville ce vendredi 18 février. Une manifestation pacifique afin d’attirer l’attention sur un problème récurrent depuis de nombreuses années: la juste rétribution de leur travail. Par cette action, les agriculteurs de la plaine essayaient de peser sur les négociations de tarif avec la grande distribution. Quelques jours avant leur départ pour le Salon de l’Agriculture à Paris où ils n’ont pu se rendre depuis deux ans en raison de la crise sanitaire, cette mise en lumière d’un problème de société revêtait un caractère important pour les travailleurs de la terre. Rencontre avec Yohann Barbe, président des Jeunes Agriculteurs des Vosges.

Qui manifeste aujourd’hui 18 février ?

« La FDSEA (Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles des Vosges) et JA88 (Jeunes Agriculteurs des Vosges) ».

Pourquoi cette action devant le centre E.Leclerc aujourd’hui ?

« Depuis la mise en œuvre de la loi Egalim2, les négociations sont difficiles dans certaines filières. Avec la grande distribution, le problème est toujours le même. Nous devons faire face à une attitude déflationniste de leur part. Sous couvert de pouvoir d’achat, on se rend compte aujourd’hui que si la grande distribution ne veux pas passer de hausses avec les producteurs, c’est uniquement dans le but de garder leur marché et de protéger leurs marges ».

Comment se sont passées les négociations de ce vendredi ?

« J’ai plutôt envie de dire que les relations ont été courtoises. J’ai eu le sentiment que la direction de E.Leclerc avait une attention particulière aux problématiques locales, même si notre interlocuteur nous a déclaré ne pas pouvoir agir sur le négociations nationales. En revanche il se tient prêt à faire au mieux en local. Il semble avoir envie de se rapprocher des agriculteurs pour essayer de travailler en collaboration étroite au niveau du département avec nous ».

Qu’attendez-vous pour le 28 février, date de fin des négociations ?

« Nos attendons que ce mouvement soit bénéfique afin d’arriver à mieux travailler avec la grande distribution et à prix coûtant, tout comme ils le font de leur côté en fixant l’essence au prix coûtant ».

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.