Search
lundi 10 mai 2021
  • :
  • :

Neufchâteau- les poupées sont impatientes de retrouver leurs visiteurs le musée est à vendre

image_pdfimage_print

m1
En 1918 André Birgé reprenait l’entreprise de son père Léon Birgé à Neufchâteau spécialisée dans la broderie la production de lingerie féminine. Jusqu’à 1939, seule la fabrication de lingerie féminine se poursuivit ;
L‘entreprise resta fermée toute la période de la seconde guerre mondiale avant d’être reprise dans les années 1940 par le fils d’André, de là sont nées les poupées Birgé.
500 000 poupées produites dans l’année avec deux cent ouvrières, l’usine fermera ses portes en 1983.
Aujourd’hui, il ne reste plus de souvenirs de l’époque de cette grande entreprise, si ce n’est chez Christian Raoult dans son musée.
En 2000, Michèle Raoult, son épouse, ouvre une exposition « Il était une fois en Lorraine…» Et pendant environ deux heures trente, elle retrace l’histoire de ses 63 vitrines, 700 poupées qui retracent la vie en Lorraine de 1950 à nos jours, Michèle présente 40 ans de collection. Accompagné de son mari, chaque dimanche, ils partent chiné les vide-greniers et salon des antiquaires à la recherche de la poupée, du jouet d’antan ou de l’objet rare.
En 2015, toutes les poupées se trouvèrent orphelines de leur maman qui les dorlotait tant, Michèle parti rejoindre les cieux. Christian pris la relève de cette collection devenu le musée de la Poupée, un joli nom à Neufchâteau d’autant plus qu’on y retrouve de très belles poupées Birger, la Petitcollin , la Jumeau ou la Kiraz parmi tant d’autres.
Le musée de la Poupée, se nomme aussi le royaume du jouet, un nom tout aussi approprié, une fois la porte ouverte 700 poupées dans des vitrines avec chacune un thème. De nombreux jouets miniatures, de la vaisselle de Lunéville, des cuisinières Godin, du linge de maison, des meubles et chaises, des buffets signé Emile Gallé, des pupitres d’écoles, des vases de Baccarat, les premiers biberons de 1873. Christian connaît chaque objet présent.
« Savez-vous d’où vient l’expression, vous avez de beaux Robert ? »
Christian, le sourire en coin, désigne le premier Biberon appelé Robert du nom de son fabricant Edouard Robert, biberon avec une soupape régulatrice très rapidement assimiler aux seins des nourrices.
Il y a peu Christian a reçu la visite de Karine Birgé, célèbre réalisatrice, petite fille du créateur de poupée célèbre. Demeurant à Bruxelles, elle a fait le déplacement pour rencontrer Christian Raoult et sa grande famille du musée. Malheureusement, ils ne s’étaient peut-être pas compris lors de leur échange téléphonique, la Bruxelloise aurait souhaité racheté certaines poupées, ce qui n’est pas possible.
Christian Raoult est impatient de pouvoir de nouveau accueillir du public, il attend les directives du gouvernement. Âgé de 84 ans, il aimerait pouvoir passer la main et vendre son musée, son souhait serait que la ville ou la communauté de commune soient intéressé et viennent à sa rencontre, le message est passé.
Tout son patrimoine ne peut être réellement chiffré, mais le propriétaire a tout de même un prix fixé certainement très loin de la valeur réelle.
Le musée de la poupée
10 rue des Marroniers
03 29 94 05 94 




Une réaction sur “Neufchâteau- les poupées sont impatientes de retrouver leurs visiteurs

  1. Danielle

    La poupée que j’ai gardé de mon enfance ressemble à celle qui est dans un siège rayé en bas à gauche (sur la plus grande photo) et elle aura 67 ans à Noël. Un peu abimée quand même car ma fille a joué avec après moi. Par contre son regard fixe faisait peur à ma petite fille qui faisait un détour en passant près d’elle et lui lançait un regard méfiant. J’ai dû la ranger dans un placard.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.