Search
mardi 13 avr 2021
  • :
  • :

Vittel : Robert Hossein s’en est allé au lendemain de ses 93 ans Nécrologie

image_pdfimage_print
Robert Hossein est décédé le 30 décembre au lendemain de son anniversaire où il a fêté ses 93 ans.

Robert Hossein est décédé le 31 décembre 2020 au lendemain de son anniversaire où il a fêté ses 93 ans.

Pour la population vittelloise, l’immense acteur, réalisateur, metteur en scène qu’il fut, Robert Hossein, de son vrai nom, Abraham Hosseinoff, était un Vittellois comme un autre, et il n’était pas rare de le rencontrer chez les commerçants, au supermarché, au tabac, à la maison de la presse… Il rendait avec une grande simplicité le bonjour qu’on lui adressait, ou taper le «bout de gras» dans la rue principale de la cité thermale, avec l’une de ses connaissances locales. Loin du star système et du show-business, Robert Hossein et sa compagne Candice Patou, dont il était l’époux depuis 1976, elle-même comédienne, adorés Vittel, qu’ils ont découvert dans les années 80 avec le patron du Club Méd, Gilbert Trigano, puis avec Guy de la Motte Bouloumié qui faisait parti de ses amis. Et des amis, il en comptait beaucoup à Vittel, et malgré sa notoriété, Robert Hossein n’a jamais été dérangé dans la cité vittellois qui l’a adopté. D’ailleurs il s’est senti de suite chez lui, au point qu’il s’est installé dans les dépendances chez Guy de la Motte Bouloumié en 1997, année où il fut fait citoyen d’honneur, avant d’investir quelques années plus tard dans une résidence à Vittel, dont il fut un excellent ambassadeur pour la cité thermale.

Metteurs en scène de théâtre et de grands spectacles, comédien, réalisateur avec «Les Misérables» (1982) et un casting exceptionnel à l’instar de Lino Ventura, Michel Bouquet, Jean Carmet et Candice Patou (les époux Thénardier)…, puis acteur dont certains films vont accroître sa notoriété comme quand il joua Jeoffrey de Peyrac dans «Angélique marquise des anges» (1964) et «Angélique et le sultan» (1968), ou encore le commissaire Rosen dans le «Le Professionnel» (1981) avec Jean-Paul Belmondo. Une filmographie un peu plus développée dans notre article du 31 décembre 2020 (https://remiremontinfo.fr/2020/12/lacteur-metteur-scene-robert-hossein-decede/)

Robert Hossein laissera aussi son empreinte avec sa comédie musicale «La vie en bleu» qu’il a peaufinée à Vittel. Une œuvre qui a mis du temps à voir le jour car le projet est né en 1992; avec Pascal Stive (compositeur) et Jean-Michel Bériat (auteur, rejoint ensuite par Raymond Jeannot), qui ont eut envie d’écrire une comédie musicale. Immédiatement, Bériat propose la vie de Pablo Picasso comme thème principal. Ils écrivent quatre versions différentes et cela en 5 ans. Après avoir surmonté les difficultés liées à l’écriture du spectacle, ils doivent faire face au manque de soutien, nécessaire pour donner vie à leur projet. Ils ont assez rapidement l’appui de Robert Hossein, qui est emballé par leur projet, mais aucun de la part des producteurs. Cependant, en janvier 1996, une opportunité se présente avec le Prince Rainier de Monaco qui désire avoir le spectacle en exclusivité. La comédie musicale est confiée à Robert Hossein et montée à l’opéra Garnier de Monaco, avec l’orchestre symphonique. Mais comme un signe du destin, le théâtre vittellois du Club Med est aussi une réalisation de Garnier, et Robert Hossein y voit une opportunité et prend ses quartiers à Vittel et en a profité pour parfaire les répétitions et régler les derniers détails dans la cité Thermale. «J’étais GO sport à l’époque (1997), et je me souviens que Robert Hossein a sollicité quelques GO pour faire de la figuration. Il était exigeant mais sympathique. Je me rappelle qu’on a eu le droit à un tee-shirt siglé «La vie en Bleu», et qu’on a fait la promotion du spectacle», se remémore un des Gentils Organisateurs de l’époque. Le succès fut au rendez-vous à Monaco et poursuivra son parcours à Paris, au théâtre Mogador.

Robert Hossein était commandeur de la légion d’honneur depuis 2006 et en novembre 2019, il fut décoré par Emmanuel Macron à l’Elysée, de la médaille de Grand Officier de l’Ordre national du mérite. Il va laisser un grand vide dans la cité, où un square porte son nom

«Vittel est triste car la ville perd un grand Homme, un immense artiste et un illustre citoyen d’honneur que chacun aimait rencontrer au détour d’une rue. L’émotion est grande. Les drapeaux de la ville seront mis en berne et un espace de recueillement ouvert à tous ceux qui souhaitent lui rendre hommage, sera matérialisé sur le square portant son nom à l’entrée de la rue de Verdun dès que possible. Un registre de condoléances sera mis à disposition des habitants à l’hôtel de Ville ce lundi 4 janvier», témoignait le maire Franck Perry sur son compte Facebook et d’ajouter «Je suis extrêmement ému et peiné par la disparition de Robert comme beaucoup. Il était un immense acteur avec une humanité hors du commun. À bientôt mon Ami !!!»

La rédaction présente ses condoléances à la famille.




Une réaction sur “Vittel : Robert Hossein s’en est allé au lendemain de ses 93 ans

  1. Ariane

    Le maire a l intention de rejoindre hossein bientôt pour écrire à bientor mon ami !!! Il est ami ave tout le monde celui la même canteloup il fait une photo avec lui cela devient son ami !!! Quel comique celui la !!

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.