Search
mercredi 20 jan 2021
  • :
  • :

Reflexion

image_pdfimage_print

La modération est de bon ton. La réflexion est de bon sens. Comme dirait l’autre je « régresse » et j’en suis fier. Depuis plus de trente ans, la France qui se croit au-dessus des autres, passe son temps à se lamenter en donnant des leçons de morale à la terre entière. Les Français sont des nantis ( au sens de la solidarité nationale qui fait que les aides généreuses de l’Etat en font un paradis envié dans le monde entier ). La liberté est un droit précieux, inestimable, redevable des luttes légitimes passées que beaucoup payèrent de leur vie. Mais cette liberté, sans la part des devoirs qu’elle implique, est une voiture lancée à 100 km/h au bord d’une falaise. La voiture France n’a même plus de frein. Lorsque le monde entier arrête de discuter en validant un vaccin certifié par toutes les autorités médicales qui dans une urgence justifiée est administré au plus grand nombre, le pays des « Droits de l’Homme » se la pète en brandissant ses contraintes administratives et systémiques, au nom de la précaution, d’une soi-disant discussion menant au consentement, et donc d’un remake nauséabond des « précieuses ridicules… » On pourrait en rire si ce n’était dramatique. Imaginez une agression, un bombardement, une guerre, et en réponse un État, des autorités, des responsables, qui demanderaient aux citoyens ( seuls ceux qui veulent comme d’habitude…! ) de donner leur avis…

C’est la guerre contre le virus et nous frôlons l’abandon en rase campagne. L’aboutissement d’une décadence en marche est devant nous. La liberté, la vraie, l’estimable, celle qui devrait habiter les consciences jour et nuit, passe nécessairement par des contraintes. Des obligations, du respect, des sacrifices, au nom de cette si belle liberté… Elle se mérite, elle ne va pas de soi, elle demande de l’humanité, une considération de l’autre, une prise en compte de l’inégale répartition des chances face à la santé, et surtout, par dessus tout un État fort qui exige du citoyen ses parts d’obligations… seules garantes de la LIBERTÉ de toutes et de tous.
En bradant les exigences, en permettant le foutoir généralisé gangrené par des administrations désuètes qui n’ont rien à envier à l’URSS des années 60, ce pays, et c’est mon plus grand malheur, tend les bras aux extrêmes de tout bord qui finiront de mettre en pièce une nation en voie de disparition. Et pour cela, croyez-moi… il n’existe pas de vaccin…

JPV




Une réaction sur “Reflexion

  1. Cacal Vosges

    Belle analyse de notre  » beau pays  »
    Mais à la fin pourquoi brandir la peur des extrêmes ?
    Ça fait 50 ans que la France se meurt depuis Giscard,
    On a abandonné l’industrie et le savoir faire qui en decoulait, qu’on a ouvert nos capitaux au monde entier, que l’on a ouvert nos frontières à l’ immigration africaine et maintenant de l’est,, c’est de la faute des extrêmes tout ça ?!
    Hé bien peut-être qu’il faudrait un (e)  » extrême  » au pouvoir ça mettrait un bon coup de pied dans cette chianlie !

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.