Search
samedi 31 oct 2020
  • :
  • :

Vosges : réunion de la commission locale de l’eau (CLE) du SAGE GTI Communiqué

image_pdfimage_print

La commission locale de l’eau (CLE) du SAGE des GTI s’est réunie ce mardi 6 octobre, en formation plénière au Conseil départemental, sous la présidence de Madame Régine Begel, conseillère départementale, puis en présence de Pierre Ory, préfet des Vosges. Lors de cette réunion chacun a pu mesurer l’avancement de la démarche et l’engagement des acteurs depuis le début de l’année, selon la feuille de route tracée par le protocole d’accord. Le préfet des Vosges, initiateur de ce protocole avec le directeur de l’agence de l’eau Rhin-Meuse, s’est félicité de sa signature par les six parties prenantes. Ces signataires ont détaillé, lors de cette réunion, les progrès accomplis en quelques mois.

Ainsi, Nestlé Waters a annoncé une réduction effective de ses prélèvements dans la nappe des GTI de 500 000 m³/an, soit la moitié de ses autorisations actuelles. Par ailleurs, l’entreprise a d’ores et déjà investi en vue de la récupération des eaux claires, permettant, à très court terme, de ne plus puiser dans la nappe pour ses besoins en eaux de process industriel.

Par ailleurs, les communes de Vittel et de Contrexéville, puis le syndicat intercommunal des eaux (SIE) de Bulgnéville, réalisent actuellement des diagnostics complets de leurs ouvrages et réseaux d’alimentation en eau potable de façon à lancer rapidement les premiers travaux d’optimisation, en priorité pour réduire les fuites.

En outre, la ville de Vittel a recruté une ingénieure hydrogéologue qui travaille avec l’ensemble des collectivités du secteur pour, d’une part, élaborer le premier Contrat de Territoire Eau et Climat, déclinaison opérationnelle du protocole sur la période 2021/2023, et d’autre part, suivre les travaux d’optimisation et d’interconnexion des réseaux.

Enfin, l’observatoire hydrogéologique indépendant, engagement fort du protocole, est sur le point de voir le jour à travers une collaboration avec le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières). Cet observatoire est conçu comme un outil de connaissance de l’évolution de la nappe des GTI et des aquifères adjacents, de suivi de la mise en œuvre du SAGE et de mesure des effets des actions engagées. La première étape confiée au BRGM est de réaliser la cartographie de l’ensemble des ouvrages de mesure (piézomètres) et consolider le modèle numérique décrivant le comportement des aquifères du secteur.

Autant d’actions concrètes déjà engagées, alors même que le Conseil départemental, structure porteuse de la CLE, poursuit avec ses partenaires l’élaboration du schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE).

Le préfet a profité de cette réunion pour saluer les avancées significatives du dossier, depuis la réunion de la CLE du 16 janvier 2020 et ce, malgré le contexte sanitaire. Il a rappelé l’importance qu’il attache à l’émergence d’une solution concertée, proportionnée et durable et a invité les membres de la CLE et les partenaires à poursuivre les actions entreprises, avec la même dynamique, dans le respect des échéances.

Nestlé Waters Vosges, signataire du protocole d’engagement volontaire au retour à l’équilibre de la nappe GTI

Par cette signature, Nestlé Waters poursuivra la baisse de ses prélèvements sur la nappe des GTI en passant sous le seuil des 500 000m3 annuel dès 2021, et contribue ainsi aux efforts collectifs pour restaurer cette nappe d’ici 2027.

Nestlé Waters réaffirme son engagement pour la gestion durable de la ressource en eau sur le territoire de Vittel et signe le Protocole d’engagement volontaire porté par la Préfecture des Vosges. Annoncée à l’occasion de la réunion de la Commission Locale de l’Eau (CLE) du mardi 6 octobre 2020, cette signature formalise les engagements des différents utilisateurs de la nappe après plusieurs mois de discussions. Elle représente une étape significative en vue du retour à l’équilibre de la nappe des Grès du Trias Inférieur (GTI) à horizon 2027. Le Protocole fixe des objectifs de réduction de prélèvements pour chaque utilisateur et officialise la création de l’Observatoire des Ressources en Eau.

En signant ce Protocole, Nestlé Waters s’engage dès 2021 à poursuivre ses efforts de réduction de ses prélèvements en passant sous le seuil de 500 000m3 prélevés par an. Cette nouvelle baisse s’inscrit dans une démarche continue de gestion durable de la ressource en eau par l’entreprise: Nestlé Waters baisse ainsi de plus de 45 % ses prélèvements sur la nappe par rapport à 2010. Comme marque de son engagement ferme, Nestlé Waters va d’ailleurs volontairement demander aux autorités d’abaisser son autorisation de prélèvement annuel au seuil de 500 000m3 sur la nappe des GTI, contre 1 000 000 m3 actuellement.

«La signature du Protocole d’engagement volontaire marque un tournant pour le territoire. Elle matérialise la volonté de tous les acteurs d’œuvrer ensemble pour un retour à l’équilibre de la nappe des GTI», affirme Sophie Dubois, Directrice Générale de Nestlé Waters France. «Comme nous l’avions précédemment annoncé, avec la signature du Protocole, nous nous engageons à poursuivre nos efforts avec une baisse significative de plus de 45% de nos prélèvements par rapport à 2010. Ces objectifs sont ambitieux mais nécessaires. Toutes mes équipes sont mobilisées pour contribuer à l’objectif du retour à l’équilibre de la nappe d’ici 2027», ajoute Sophie Dubois.

L’officialisation du Protocole d’engagement volontaire ouvre désormais la voie à l’élaboration d’un premier contrat de territoire pour la période 2021-2023.




Une réaction sur “Vosges : réunion de la commission locale de l’eau (CLE) du SAGE GTI

  1. Defranoux Dominique

    Le protocole d’accord s’est fait SANS l’accord des associations, sans qui cet accord n’existerait pas.
    Revenir à l’équilibre en 2027 entre prélèvements et recharge ne peut que nous rapprocher de l’échéance de l’épuisement de la nappe des GTI , ou de la perte définitive de celle-ci par le mélange avec des nappes d’eau salée à proximité.
    En ce sens, le protocole d’accord ne respecte ni le développement durable, ni l’obligation de revenir à l’équilibre de la nappe exigible dès 2015, et repoussé à 2021 à cause de l’unique solution proposée par la CLE d’aller chercher l’eau chez les voisins.
    Nestlé fait bien peu d’effort, pour la bonne raison que les 500 000 M3 économisés sont presque entièrement compensés par plus de 300 000 M3 d’autorisation de prélèvements dans les nappes moyennes.
    Nous sommes toujours dans une politique de COMMUNUCATION de la part de tous les acteurs, sans que des solutions fortes soient mises en œuvre pour préserver l’approvisionnement des générations futures.
    Ce protocole d’accord ne fait que préserver les intérêts financiers de Nestlé (et peut-être de la fromagerie de BULGNÉVILLE), qui, à eux deux, consomment la moitié des prélèvements de la nappe profonde de VITTEL, alors que LA PÉRENNITÉ DE LA NAPPE DES GTI , QUI EST LA SEULE SOURCE D’APPROVISIONNEMENTDE TOUTE LA POPULATION , N’EST TOUJOURS PAS ASSURÉE.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.