Search
samedi 26 sept 2020
  • :
  • :

Les mathématiciens et la circulation du virus Les chiffres parlent d'eux-mêmes.

image_pdfimage_print

stats-henri

Avec des «Si», on pourrait mettre Paris en bouteille… mais pas encore la Covid-19. N’en déplaise aux corona-septiques,  l’épidémie ou pandémie de Coronavirus n’est plus sur le déclin, les prémices d’une réminiscence sont une réalité aujourd’hui. Les mathématiciens accumulent et surtout analysent les chiffres au jour le jour, depuis le 17 mars dernier, date du confinement. Les Gérômois René Bourquin et Henri Amet, deux maîtres des chiffres et des statistiques, complètent leurs tableaux. Le constat s’impose de lui même. Le nombre d’admissions à l’hôpital et de nouveaux cas augmentent depuis fin juin, alors qu’ils étaient à la baisse les semaines précédentes. Le non port du masque et le non respect des gestes barrières sont pour beaucoup à ce retour du coronavirus. Pas encore de quoi s’affoler, notamment dans le Grand Est, dont la population est jusqu’à présent un bon élève en termes de discipline (le rO ou taux de transmission est à 0,78), mais c’est maintenant que la prise de conscience doit être effective, au risque d’opérer un retour en arrière destructeur pour la santé des français et l’économie du pays. André Gide écrivait «l’homme est incapable de choix et il agit toujours cédant à la tentation la plus forte.» C’est le moment de prouver l’inverse.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.