Search
samedi 31 oct 2020
  • :
  • :

En plein Atlantique, l’un des seuls vosgiens à l’abri du coronavirus !

image_pdfimage_print

WhatsApp-Image-2020-02-14-at-06.32.51-1-1024x768

En plein chaos lié au coronavirus, quelques très rares vosgiens ne risquent rien ou presque. Stéphane Brogniart est l’un d’entre eux. Le sportif s’est élancé des côtes des Canaries le 14 février dernier pour une grande traversée de l’Océan Atlantique.

A la rame, en solitaire, sans assistance et sans escale, Stéphane Brogniart s’est lancé dans cette aventure qui est en fait la préparation d’un projet encore plus impressionnant. Pour «rendre possible son impossible», pour attirer l’attention sur le sort des réfugiés climatiques. Il devrait rallier la Martinique mi-avril.  Cela fait donc de lui l’un des très rares français qui ne risque pas d’être atteint par le coronavirus. Depuis son départ, il est absolument seul. Les uniques moyens qui le rattachent à nous sont ces 2 téléphones irridium, et sa messagerie sms.

L’objectif qu’il poursuit : réaliser la traversée du pacifique. Il faut pour cela une solide préparation physique et une connaissance du milieu marin. Le nom du projet, «ETARCOS», est en fait l’anacyclique de «SOCRATE». Socrate est le nom du héros principal du livre Le Guerrier Pacifique, de Dan Millman. L’ouvrage a beaucoup inspiré Stéphane Brogniart. Après les succès en ultra trail, il était temps s’après lui de passer à autre chose : «On avait envie de quitter sa zone de confort, d’arrêter de fossiliser.»

Stéphane Brogniart est informé de l’actualité française : «Régulièrement, nous, les membres de l’association, communiquons avec lui et lui expliquons ce qui se passe. Autant dire qu’il peine à y croire tant le scénario est improbable», explique Jean-Philippe Foucat, membre d’ETARCOS. «Chaque jour, il prend la plume pour son carnet de voyage, carnet de voyage qui prend forcément une coloration «SF».» Comme nous le seront sans doute tous bientôt dans le pays, le sportif vosgien est confiné sur son bateau à l’espace de vie réduit au strict minimum. Mais il est libre d’aller sur l’océan, en liberté.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.