Search
mardi 20 oct 2020
  • :
  • :

Neufchâteau : base de travail pour des assises sur la sécurité intérieure

image_pdfimage_print

Le 12 juin 2019, Édouard Philippe, premier ministre annonçait la rédaction d’un livre blanc de la sécurité intérieur, avec pour but de définir les objectifs de la politique de sécurité de la France pour les années à venir dans un contexte de nouveaux modes de vie, de nouvelles technologies et attentes de la population. Dans ce cadre, le premier ministre a demandé aux préfets d’organiser dans chaque département, des assises territoriales de la sécurité intérieure au plus près de la population.

Le mercredi 22 janvier, Benoît Rochas, le sous-préfet de l’arrondissement de Neufchâteau, en présence d’Audrey Cagnon, commandante de la compagnie de gendarmerie, de Benjamin Gosselin, capitaine au Sdis des Vosges, de Simon Leclerc, le premier magistrat, de la Police Municipale, d’élus et citoyens de la communauté de communes, se sont réunis à la sous-préfecture pour réfléchir et proposer des solutions pour la sécurité de tous.

Quatre thèmes de travail à étudier :

– Le premier sur l’organisation de nos forces de sécurité pour permettre à la police, la gendarmerie et aux sapeurs-pompiers de mieux travailler au plus proche de la population.

– Le deuxième thème sur le rôle des élus locaux et l’émergence de plus en plus d’acteurs publics et privés qui encourent à la sécurité des Français.

– Le troisième point sur les ressources humaines et matérielles.

– Puis le dernier axe concernant les nouvelles technologies.

Le maire Simon Leclerc, revenait sur la création de la brigade de contact, avec trois gendarmes dédiés aux relations avec la population, et la prévention.

Rapidement, les élus de villages isolés, tels que Maconcourt, Landaville, Aroffe…, pour ne citer qu’eux, ont relevé l’impression d’être esseulé. Les relations amicales qui existaient, il y a encore quelques années, ne sont plus et souhaiteraient se voir plus soutenue par les gendarmes. Trois militaires de contact pour soixante-dix communes cela semble peu. La commandante Cagnon précisait, qu’elle pouvait mettre plus de gendarmes dans les villages qui et passeraient dire un petit «bonjour», mais pendant ce temps là, ces personnes ne seraient plus sur une enquête ou à surveiller. Néanmoins, une seconde équipe pour la brigade de contact serait la bienvenue.

Le sous-préfet Benoit Rochas, rappelait que malheureusement les forces de l’ordre ne pouvaient pas être partout, et encore plus, s’il se passe rien dans les villages, toutefois qu’elles restent bien sûr disponible, et à l’écoute de la population.

Concernant les relations entre gendarmerie, police, services municipaux et pompiers, elles sont très bonnes dans la cité des Goncourt. Des échanges très complémentaires permettent souvent de résoudre de nombreuses enquêtes ou problèmes divers. A Neufchâteau, on compte 106 gendarmes (sur 500 dans le département), 4 policiers accompagnés par un chien, un opérateur de vidéo surveillance, veillent sur les Néocastriens. D’autre part, Audrey Cagnon rappelait que les gendarmes n’étaient pas aux 35 heures, et qu’ils étaient bien des militaires. «Chez nous les 35 heures se font en trois jours, et si j’étais aux 35 heures, je ne serais pas avec vous ce soir.»

Parmi les interventions, un employé de la gare souhaiterait que les forces de l’ordre interviennent pour de la prévention aux heures des bus scolaires, où très régulièrement des bagarres éclataient entre jeunes. Quant au maire de Maconcourt, il proposait d’équiper chaque village de caméra, ce qui aurait un coût mais permettrait de «fliquer» et de ralentir la délinquance, qui se déplace désormais dans les petits villages tranquilles.

Benoît Rochas a clos la réunion en remerciant tous les acteurs présents et en précisant qu’il ferait remonter les échange, de la façon la plus fidèle possible.

D.S.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.