Search
mardi 27 oct 2020
  • :
  • :

Vosges : clôture du Grenelle de la lutte contre les violences conjugales Communiqué de la préfecture des Vosges

image_pdfimage_print

Grenelle_Lutte_Contre_Violences_Conjugales-4

Ce lundi 25 novembre 2019, «Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes», était également la journée de clôture du «Grenelle de la lutte contre les violences conjugales», lancé le 3 septembre dernier par Édouard Philippe, Premier Ministre.

Face au constat du décès chaque année en France de plus de 100 femmes dans un contexte de violences conjugales, le Gouvernement a souhaité aller plus loin dans la mobilisation pour la lutte contre les violences faites aux femmes, grande cause du quinquennat lancée le 25 novembre 2017 par le Président de la République au travers de l’annonce de 25 mesures déjà mises en œuvre pour la plupart (création d’une plateforme de signalement en ligne opérationnelle 24/24 et 7/7 depuis octobre 2018, de 10 centres de prise en charge des victimes de psycho-traumatisme lancés au printemps dernier, de 5 000 places d’hébergement dédiées aux femmes victimes de violences, …).

Dans les Vosges, sous l’impulsion de Pierre Ory, Préfet des Vosges, et de Nicolas Heitz, Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance d’Épinal, les acteurs de l’État, collectivités, acteurs institutionnels et associatifs impliqués dans la lutte contre les violences conjugales, ont œuvré au cours de ces deux derniers mois au sein de groupes de travail couvrant les thématiques «santé/justice», «hébergement» et «protection de l’enfance», pour la mise en œuvre de dispositifs devant permettre la prise en charge de chaque victime de violences conjugales dès le premier signalement jusqu’à la judiciarisation des faits, et ce sans discontinuer.

Le Comité Local d’Aide aux Victimes qui s’est tenu le 19 novembre dernier a été l’occasion de présenter à l’ensemble de ces acteurs la synthèse de ces travaux et sa déclinaison opérationnelle en devenir, autour du triptyque de :

  • la prévention des violences,
  • la protection et la prise en charge des victimes,
  • la sanction et le suivi des auteurs de violences

C’est dans ce contexte que Pierre Ory, Préfet des Vosges, accompagné de Nicolas Heitz, Procureur de la République, Delphine Humbert, Substitut du Procureur en charge des atteintes aux personnes, Michel Pottiez, Directeur Départemental de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations des Vosges, et Fadila Bouresas, Déléguée Départemental aux Droits des Femmes et à l’Égalité, a visité ce jour l’association «Centre d’Activités Sociales, Familiales et Culturelles» (CASFC) de Rambervillers, qui, au sein des structures qu’elle gère, contribue à l’accueil des femmes victimes de violences conjugales.

Les structures gérées par le CASFC, qui bénéficient de financements de l’État, prennent ainsi en charge les femmes victimes de violences au sein :

– d’un Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) de 31 places (dotation de fonctionnement à hauteur de 82 % de son budget total) ;

– d’un Hébergement d’Urgence avec Accompagnement Social (HUAS) de 20 places (financement par place et par jour) ;

– d’un Hébergement d’Urgence de 6 places (financement par place et par jour) ;

– d’un accueil de jour (subventionnement) ;

– d’une épicerie sociale et solidaire (subventionnement).

Ouvert depuis le 1er mai 1985, le CHRS accueille principalement des femmes en difficulté sociale et/ou victimes de violences intra-familiales, accompagnées ou non d’enfants. La prise en charge dont elles font l’objet vise à un apprentissage ou ré-apprentissage du rôle de chef de famille, un apprentissage ou approfondissement des tâches ménagères quotidiennes par une mise en situation d’autonomie et enfin une réinsertion sociale et professionnelle grâce notamment à une participation à divers ateliers de ré-entraînement au travail.

Cette visite du CASFC fut également l’occasion que soit présenté un dispositif de signalement innovant mis en place dans le département par le Groupement de Gendarmerie Départementale. Ce dispositif permet aux victimes de violences intrafamiliales de se signaler au moyen d’un bulletin d’information et de protection qu’elles rempliront, et auquel elles pourront avoir accès lors d’un premier dépôt de plainte, ou de consultation dans les services d’urgence, voire auprès des associations d’aide aux victimes du département. Ce bulletin sera automatiquement généré dès lors qu’une victime entrera en contact ultérieurement avec les services de gendarmerie.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.