Search
vendredi 21 fév 2020
  • :
  • :

Faits divers : important feu d’habitations à Vittel

image_pdfimage_print

Il est 15 h 51 quand l’alerte est déclenchée pour un feu d’habitation, au 137 de la rue du Brahaut à Vittel. Une première escouade de quinze soldats du feu était rapidement dépêchée sur place sous l’autorité du chef de groupe principal, le lieutenant Eric Daiss. Les services EDF-GDF étaient aussi sur les lieux pour interrompre les fournitures, tout comme les gendarmes thermaux pour les premières constatations. Devant l’ampleur de l’incendie et la propagation des flammes aux logements voisins, des renforts en hommes et en matériel étaient nécessaires. Pas moins de vingt-cinq pompiers étaient à pied d’œuvre pour circonscrire l’embrasement qui gagnait du terrain sur les habitations voisines. A noter également la présence du chef de colonne du SDIS, le capitaine Michel Blavier, accompagné des chefs de groupe, les lieutenants Etienne Fusch (Châtenois) et Eric Renel (Neufchâteau).

L’incendie qui s’est déclaré accidentellement, suite à un désherbage thermique dans la rue du Brahaut, d’un personnel de l’association «Chantier service», prestataire de service de la Ville de Vittel. Le départ feu est parti de la porte d’entrée (en bois), d’un hangar mitoyen au logement principal, occupé par deux jeunes locataires. Puis rapidement, l’incendie a pris de l’ampleur jusqu’à l’arrière du bâtiment et s’est propagé à l’habitation du couple, puis à celle voisine, occupée par Francis Chevrier. «C’est le voisin qui est venu me prévenir tout affolé… J’ai pu mettre à l’abri mes papiers, mon matériel informatique et tout ce qui est essentiel», indiquait-il. Quant aux propriétaires du 137 rue du Brahaut, ils étaient désolés devant le sinistre et ne pouvaient que constater les dégâts.

Le maire Franck Perry et ses adjoints, Patrick Floquet et Daniel Gornet étaient également sur place, pour assurer éventuellement un relogement aux personnes sinistrées. Pour l’heure, les pompiers étaient toujours à l’ouvrage et nul qu’ils vont devoir rester une partie de la nuit pour éviter toute reprise. Un peu plus tôt, le patron du centre de secours principal de Vittel-Contrexéville, le capitaine Benjamin Gosselin, expliquait que les soldats du feu étaient obligés de détuiler au fur et à mesure pour repérer des éventuels foyers.

Alain Buffe




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.