Search
mercredi 21 août 2019
  • :
  • :

Mirecourt : Ravenel en manque d’effectifs et de lits Lors de l’assemblée générale du syndicat CGT du centre hospitalier Ravenel, la sonnette d’alarme a été tirée.

image_pdfimage_print

C’est en présence des délégations syndicales de six autres établissements du Grand-Est : Jury-les-Metz (Moselle), Roufac (Haut Rhin), Lorquin (Moselle), Laxou (Meurthe-et-Moselle), l’établissement public de santé mentale de Châlons-en-Champagne et d’Erstrein (Bas-Rhin), que le syndicat CGT Ravenel de Mirecourt a tenu son assemblée générale. A l’ordre du jour : rapports d’activité et financier, information Défense Consommateurs Salariés (INDECOSA), projet de loi santé 2022, transformation de la fonction publique, réforme des retraites. C’était également le comité régional Grand Est CGT PSY.

Une évidence, c’est que la psychiatrie régionale va mal et que diverses initiatives ont été prises pour dénoncer la situation de dégradations des conditions d’exercice des professionnelle et de prise en charge des patients, comme le précisait le secrétaire général, Eric Dos Santos, qui est aussi infirmier depuis de très nombreuses années, et qui sait de quoi il parle. «Entre 2017 et 2019, ce sont moins de cinquante postes, dont quarante de soignants, et des lits d’hospitalisation en moins (- 60 %). Certes nous restons l’un des plus gros employeurs du secteur avec quelque 1 100 personnes dont une centaine de postes médicaux sociaux. Baisse de budget, baisse de personnel, épuisement du personnel soignant, des patient de plus en plus en souffrance…, sont quelques-uns des symptômes pour expliquer la crise dans nos hôpitaux psychiatriques et en particulier à Ravenel.»

Depuis plusieurs mois, médecins, infirmiers, aides-soignants…, dénoncent les conditions de travail qui se dégradent de plus en plus, sans parler de l’accueil des patients. «On manque de personnels soignants et de lits, et les relations humaines s’en ressentent. Certains patients viennent pour des états d’anxiété ou d’angoisse, mais nous ne pouvons pas les hospitaliser faute de lits. Donc, nous les orientons vers les urgences qui ne sont pas forcément adaptées pour ce genre de cas», complétait Eric Dos Santos. Pour l’heure, l’hôpital de Ravenel compte 241 lits complets à Mirecourt et 55 lits de jour.

Et pourtant en fin d’année 2018, Agnès Buzyn, la Ministre des solidarités et de la santé avait annoncé qu’elle débloquerait une enveloppe de 50 millions d’euros pour la psychiatrie, mais pour l’heure, rien de bien concret à l’horizon. Cela n’empêche pas la CGT de mener le combat, et Eric Dos Santos compte bien finaliser 64 embauches titularisées d’ici 2020.

Alain Buffe




2 réactions sur “Mirecourt : Ravenel en manque d’effectifs et de lits

  1. CGT RAVENEL

    Bonjour ,merci à PLAINE DES VOSGES INFOS pour ce bel article qui relate la difficulté et la souffrance des soignants à exercer leur profession .Mais aussi pour accueillir les patients à l’hôpital de Ravenel et dans les centres médico psychologique,hôpitaux de jour,centre d’acceuil thérapeutique à temps partiel des villes vosgiennes.
    Oui,lhôpital public est en crise
    Merci encore pour votre aide à informer la population

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.