Search
mercredi 16 oct 2019
  • :
  • :

Cérémonie du 8 mai : le devoir de mémoire reste intact Commémoration à Contrexéville et Vittel.

image_pdfimage_print

Le 8 mai est une date historique à plus d’un titre, mais elle évoque avant tout le jour de l’armistice de 1945 avec la victoire des alliés sur l’Allemagne nazie et marque la fin de la seconde guerre mondiale par l’annonce de la capitulation totale des Germaniques de l’époque.

Depuis 1945, ce 8 mai avait été déclaré jour férié de commémoration en 1953, avant que le général Charles de Gaulles, alors président, ne décide par décret, de supprimer le caractère férié en date du 11 avril 1959. Dans une logique de réconciliation avec l’Allemagne, dans son mandat, le président Valéry Giscard d’Estaing supprime littéralement le côté commémoratif de la victoire alliée. Ce n’est qu’en 1981, que le président François Mitterrand rétabli par une loi du 23 septembre de cette même année, les aspects de la commémoration et réinstaure le jour férié du 8 mai. Ainsi le devoir de mémoire reste intact et salue les héros combattants de la seconde guerre mondiale.

Lecture était faite du message de la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq. «La guerre est gagnée. Voici la victoire des nations unies et c’est la victoire de la France», clame une voix solennelle qui porte ce message dans l’après-midi du 8 mai 1945, est celle qui, depuis le 18 juin incarne la France. Les paroles du Générale De Gaulle se mêlent au bourdon de Notre-Dame et aux cloches de toutes les églises, aux sirènes et aux exaltations qui retentissent dans tout le pays. La victoire est là. Enfin en Europe, la guerre est finie. Il y a 74 ans, l’Allemagne signait sa capitulation sans conditions par deux fois. La première, le 7 mai 1945, à Reims. La seconde, le soir du 8 mai, à Berlin. Ainsi la France s’inscrivait dans le cercle des vainqueurs. Après tant de combats, de victimes et de destruction, le nazisme est abattu. C’est la victoire sur une idéologie totalitaire, raciste et criminelle qui a mené la violence jusqu’à sa plus effrayante extrémité. La France exprime sa reconnaissance à toutes ses filles et à tous ses fils qui ont combattu pour la partie…

Dépôt de gerbes à Contrexéville

Trois gerbes étaient déposées au monument aux morts. La première au nom de l’UNC, représenté par Guy Grosmaire, président ce la section locale des combattants d’Afrique du Nord, assisté de Georges Aymonier, Michel Lhemann, Jacques Bogard, Monsieur Camus et Michel Marlière.

IMGP1083

La deuxième gerbe au nom de la légion vosgienne qui était représenté par son président Jean-Claude Ligouzat, puis par Jean-Louis Lecomte, représentant les médaillées militaires.

IMGP1086

Et la dernière au nom de la ville, avec le maire Luc Gerecke et vice président du département, puis Jean-Jacques Gaultier, député de la e circonscription, Franck Perry, maire de Vittel et conseiller régional du Grand Est, Claudie Pruvost, conseillère départementale, Yves Séjourné, maire de Mirecourt et conseiller régional du Grand Est, le capitaine Benjamin Gosselin du centre principal de secours de Contrexéville et Vittel, le major Fatet, représentant la communauté de gendarmerie de Vittel, l’adjudant-chef Gottscheck du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG), le gendarme Alain Petitjean du peloton autoroutier de gendarmerie, de l’adjudant Sylvestre et du sergent-chef Lelièvre de la station radar de Beaufremont et représentant la BA 133 de Nancy-Ochey.

IMGP1099

Dépôt de gerbes à Vittel

Tout comme à Contrexéville, précédemment, le maire Franck Perry donnait lecture de la lettre de la secrétaire d’Etat, avant de passer aux dépôts de gerbes.

La première fut déposé sur la stèle des anciens d’Indochine qui a été nouvellement déplacé en ce lieu commun du monument aux morts, et au nom de l’union des anciens combattants, représenté par André Duchêne (président de l’union des combattants de Vittel), Claude Schreiber (président des anciens combattants d’Afrique du Nord), Josiane Rollin (représentante des anciens d’Indochine), Jean-Louis Lecomte (président des médaillés militaires), Daniel Gornet (président du comité de Vittel et Neufchâteau de la Légion d’Honneur).

La deuxième au nom du bataillon de commandement et de soutien de Müllheim, et déposé par le capitaine De Villele (commandant de la 2e compagnie du bataillon de la brigade franco-allemande de Müllheim), le capitaine Laroche (représentant de la 3e compagnie de combat du 1er régiment de tirailleurs d’Epinal), le major Fatet (commandant de la brigade de Vittel), le colonel Christian Grégoire (délégué local du Souvenir français), l’adjudant Sylvestre (représentant le colonel Bourion, commandant de la BA 133 de Nancy-Ochey), et une délégation du Conseil jeunes de Vittel.

IMGP1138

La dernière fut déposée par les élus au nom de la municipalité vittelloise, à savoir le maire Franck Perry, le député Jean-Jacques Gaultier, Luc Gerecke et Claudie Pruvost du conseil départemental, Yves Séjourné, conseiller du Grand Est, le capitaine Benjamin Gosselin (centre principal de secours de Contrexéville et Vittel), et Jeannette Testud née Ferry (enfant de déportés et internés).

IMGP1155

Alain Buffe




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.