Search
samedi 25 mai 2019
  • :
  • :

Vittel : la FDSEA des Vosges souhait améliorer sa communication Assemblée générale de la fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles des Vosges.

image_pdfimage_print
Le président Philippe Clément (au centre).

Le président Philippe Clément (au centre).

Pour cette énième assemblée générale de la FDSEA des Vosges, qui a été créée le 7 février 1946, le choix s’est porté sur Vittel et le Palais des congrès qui a accueilli un grand nombre d’exploitants. «Je constate qu’il y a plus de monde que l’année dernière», indiquera le président Philippe Clément, en place depuis avril 2015.

C’est en présence, entre autre, des deux sénateurs départementaux, Daniel Gremillet et Jackie Pierre, du sous-préfet de Neufchâteau, Benoît Rochas, du député Jean-Jacques Gaultier, des vice-présidents départementaux, Benoît Jourdain et Luc Gerecke, que le président Philippe Clément déclarait l’assemblée générale ouverte. Et le thème abordé de cette année était «Société & agriculture… l’amour vache !», car sous la pression constante d’association antispécistes, l’agribashing est devenu monnaie courante. La société, bien qu’attachée à son agriculture, a des attentes auxquelles les agriculteurs sont aujourd’hui, d’ores-et-déjà confrontés. Des défis avec des enjeux importants pour l’agriculture qui sont à relever pour les années à venir : semences, pesticides, élevage, consommation de viande, circuits courts et long, agriculture biologique ou non, irrigation…

Sylvie Brunel

Et qui mieux que l’invitée d’honneur, Sylvie Brunel, pour en parler. Géographe, économiste, écrivain, ayant travaillé plus de quinze ans dans l’humanitaire au sein de Médecins sans frontières et Action contre la faim, puis professeur des universités à la Sorbonne, et qui a publié plusieurs ouvrages dont «Plaidoyer pour nos agriculteurs». Au travers de ces livres, elle livre notamment sa vision de l’agriculture, des questions sur la faim ou le développement durable.

«Huit citoyens sur dix estiment que l’agriculture est un bien précieux, et pourtant on n’arrête pas de prendre des taquets, c’est cela qui est paradoxale. On a un manque de reconnaissance… Quand on pense que le prix du lait n’a pratiquement pas bougé depuis vingt-cinq ans, on se demande où est passé la différence. Parmi les sujets que l’on va aborder, la sécheresse, le marché bio, les produits phytosanitaires, les OGM, le biomasse, le glyphosate et le libre échange que l’on ne peut pas contrôler. A titre d’exemple, les importations des Etats-Unis ou du Brésil, de maïs, de soja, de coton… qui en sont infestés. Il y a une incohérence. Ensuite on parlera également des fermes ouvertes. Ce que nous souhaiterions, c’est améliorer notre communication», détaillait Philippe Clément, en préambule des assises annuelles.

Dans son mot de bienvenue, le président déclarait «Cette année notre intervenante, Sylvie Brunel, aura pour mission de nous redonner confiance et ambition dans notre beau métier d’agriculteurs, et de part sa vision, faire prendre confiance à tous les acteurs qui nous entourant, qu’ils soient économiques, politiques ou de la société civile, de l’importance cruciale de l’agriculture pour nos territoires, notre économie et nos bassins d’emploi.» Puis il rendait hommage au travail de François Grandvallet de la chambre d’agriculture et de Gérard Vuillemin de la FDSEA des Vosges, qui quittaient leur fonction.

Dans les différents rapports moraux et d’activités, les membres de l’exécutif passaient en revue les grandes actions de l’année 2018 : sécheresse, achats de fourrage et de paille, chasse, accord Mercosur, loups…, avec des coups de gueule pour certains sujets, et des mises en garde pour d’autres.

Alain Buffe




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.