Search
samedi 23 mar 2019
  • :
  • :

Adieu champion ! Adieu l’ami ! Antoine Borowski s’en est allé cette nuit de vendredi à samedi. Nul doute que c'est un coup de massue qui va s’abattre sur les championnats de France de cross-country.

image_pdfimage_print

Quel ne fut pas le choc et la tristesse, d’apprendre ce samedi matin, le décès d’Antoine Borowski, survenu dans la nuit alors qu’il était dans sa 73ème année. Quelques lignes ne suffiraient pas pour retracer sa brillante carrière  sportive et professionnelle.

Alors que le jeudi soir et le vendredi (8 mars), toutes les pensées et les nombreux messages de prompt de rétablissement s’adressaient à Antoine Borowski, le grand absent de ces championnats de France de cross-country qui se déroulent en ce moment à Vittel, tous ses proches et ses amis étaient effondrés en apprenant la rude nouvelle. Autant dire qu’il fallait faire bonne figure pour lui, mais la journée de samedi fut difficile pour beaucoup. Et les mots de Franck Perry résonnent encore «Si ces championnats ont pu se faire, c’est grâce à lui, à son attachement et à ses propositions. Mais il est avec nous par le cœur et on pense bien à lui…», avait-il dit lors de ses différents discours.

Victime à nouveau d’un accident de vélo (à cause d’un chien), le 13 février du côté de Domèvre-sous-Montfort, il avait été touché, entre autre, à la tête et son état avait été jugé préoccupant. Mais Antoine est un battant et les nouvelles étaient plutôt rassurantes ces derniers jours. Mais voilà, l’ami Antoine est parti…, et nos pensées accompagnent sa famille dans cette douloureuse épreuve.

C’est en 2006, qu’Antoine Borowski avait pris une retraite bien méritée après trente quatre ans passés au service du sport de la ville de Vittel et plus particulièrement à la direction du centre de préparation omnisports, autrefois olympique. En 1972 justement, date à laquelle le CPO ouvrait ses portes aux grands champions de l’époque et date maudite des jeux olympiques de Munich, où pour une querelle de clocher, Antoine Borowski se voyait privé de cette olympiade alors qu’il avait gagné son billet pour le marathon. Mais de cette époque, Antoine avait tiré un trait.

Un parcours à la fois sportif et professionnel exemplaire, dont les premiers magistrats successifs Hubert Voilquin, Guy de la Motte Bouloumié et Jean-Claude Millot ne cesseront de louer durant leur mandat. Quand Hubert Voilquin l’avait recruté, il avait déjà détecté qu’il serait un grand directeur, apprécié de tous. Double champion du monde de cross (vétéran) et multiple champion de France, Antoine était un passionné de sports et un ami des sportifs de haut niveau. Et quand on lui a proposé de rejoindre les rangs municipaux comme adjoint aux sports, il n’hésita pas longtemps à accepter pour poursuivre sa mission, d’être au service des sportifs. A l’époque, il avait dit «J’ai deux passions, le sport et ma ville.» Jamais un mot plus haut que l’autre, Antoine Borowski se distinguait aussi par son humilité, sa simplicité et sa gentillesse.

Ces championnats de France, étaient son œuvre, son «bébé» et il s’était beaucoup investi pour les organiser à Vittel. Hélas, il ne les verra pas, et laisse un grand vide, lui qui avait encore tant à donner.

Nous adressons nos plus sincères condoléances à sa famille, ainsi qu’à ses proches et ses nombreux amis.

Alain Buffe




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.