Search
mardi 19 fév 2019
  • :
  • :

Dispositif d’aide de solidarité à destination des enfants dits de «harkis» Communiqué

image_pdfimage_print

logo-onac_imagelarge

Afin de pouvoir mettre en œuvre ce dispositif et accueillir les requérants dans les meilleurs conditions tout en assurant la continuité de ses missions, le service départemental de l’ONACVG des Vosges ouvre des permanences dans ses locaux.

Pour solliciter l’application de cette mesure de solidarité, il conviendra de remplir un formulaire de demande et de justifier des conditions d’éligibilité prévues dans l’article 1 du décret n° 2018-1320 du 28/12/2018 (être enfants de harkis ou assimilé ayant séjourné au moins 90 jours dans un camp ou hameau de forestage et de rencontrer une difficulté financière entrant le cadre des trois domaines tels que mentionnés dans le décret), ainsi que de ses ressources et charges.

Toute sollicitation ayant trait à ce dispositif, en dehors des plages fixées, ne sera pas traitée. Devant l’afflux des sollicitations, un temps d’attente sera peut-être nécessaire.

Permanences (1er semestre 2019) pour les questions relevant du dispositif d’aide de solidarité à destination des enfants dits de «harkis»

Accueil téléphonique : uniquement le jeudi de 13 h 30 à 16 h. Pour toute question relevant de ce dispositif, il est demandé aux usagers de contacter l’ONACVG des Vosges pendant cette plage horaire au 03 29 64 00 75.

Accueil physique : uniquement sur rendez-vous, le jeudi de 13 h 30 à 15 h 45 (contacter le 03 29 64 00 75 pour fixer un rendez-vous).

Il est conseillé aux requérants de consulter au préalable à toute demande, le décret sus mentionné sur le site https://www.legifrance.gouv.fr et de s’assurer de leur éligibilité à ce dispositif (conditions impératives à remplir).

A propos de l’ONACVG

 Créé en 1916, dans la tourmente de la Première Guerre mondiale, l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre est un établissement public, sous tutelle du ministère de la Défense, chargé de préserver les intérêts matériels et moraux de ses ressortissants : anciens combattants, invalides et blessés de guerre, veuves de guerre, pupilles de la Nation, victimes de guerre et plus récemment, d’actes terroristes.

Pour s’adapter au contexte économique et social du pays, l’ONACVG a vu ses missions évoluer au fil du temps. A la reconnaissance et la réparation est venu s’ajouter, depuis les années 80, un travail de mémoire effectué en liaison étroite avec les enseignants et le monde associatif avec comme point d’appui les neuf hauts lieux de mémoire gérés par l’ONACVG depuis 2011.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.