Search
samedi 24 oct 2020
  • :
  • :

APL – Baisse des loyers réclamée par Macron : les organismes Hlm des Vosges tirent la sonnette d’alarme

image_pdfimage_print
(photographie d’archives)

(photographie d’archives)

Les annonces du Gouvernement sur le projet de réforme du logement, et la demande aux bailleurs sociaux de réduire drastiquement le niveau des loyers pour compenser la baisse des APL inquiètent les organismes HLM. Pour les trois principaux bailleurs sociaux du département des Vosges, Vosgelis (17.000 logements), Epinal Habitat (6.500 logements) et Le Toit Vosgien (2.400 logements) ces mesures représentent une menace pour le modèle économique et social des bailleurs sociaux.

Une baisse de 60 euros par mois des loyers des logements bénéficiant de l’APL représenterait une perte de plus de 56 millions d’euros chaque année pour les bailleurs sociaux. C’est l’équivalent des fonds propres investis par ces bailleurs dans la construction de 2 650 logements chaque année. Sans ces fonds, c’est totalité de la production annuelle de logements sociaux en Lorraine qui serait remise en cause.

La demande du gouvernement aux bailleurs sociaux de réduire les loyers inquiète et ne manque pas de faire réagir les trois organismes vosgiens représentés par leurs présidents Alain Roussel (Vosgelis), Michel Heinrich (Epinal Habitat) et David Valence (Le Toit Vosgien).

Une perte de 6,2 millions d’euros par an

« Pour Vosgelis, ou le loyer moyen mensuel est de 270 euros, cela représente une perte de 6,2 millions d’euros par an. Il faut que l’on trouve des pistes d’économies. » explique Alain Roussel.

Dans le département, 25% des locataires de logements sociaux ont plus de 65 ans. « On pensaient investir dans des travaux de rénovation pour moderniser les logements et permettre aux locataires de faire des économies d’énergies, mais tout cela pourrait être remis en cause. Quelle entreprise peut se priver de 11% des recettes? » poursuit-il.

« Cette mesure pourrait être dramatique »

Pour Epinal Habitat cela représente une perte de 2,2 millions d’euros par an. « On sera en auto-financement négatif! » déplore Michel Heinrich. « En 2018 L’Office public de l’Habitat d’Epinal avait prévu de faire 11 millions d’euros de travaux. On va devoir supprimer la moitié de ces travaux. » poursuit Michel Heinrich.

« Cette mesure pourrait être dramatique » commente David Valence. « Cette mesure est anti-sociale et va affecter notre capacité d’investissement » conclu-t-il. Selon eux, contrairement à ce que le gouvernement veut faire croire en affichant une baisse des loyers, les grands perdants de cette mesure seront les locataires eux-mêmes.

C.K.N.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.