Search
vendredi 29 sept 2023
  • :
  • :

Délinquance : moins de vols avec arme mais plus de cambriolages

Écouter cet article
image_pdfimage_print

P1250720

« Le département des Vosges se place parmi les départements les plus sûrs de France. » c’est ce qu’a annoncé le Préfet des Vosges lors de la présentation du bilan de la délinquance dans les Vosges. Le département occupe en effet la 74ème place sur 96 dans le classement français. Plus le rang est élevé, moins il y a de faits.

Si les atteintes aux biens sont en diminution dans le département des Vosges, le Préfet appelle tout de même à la vigilance concernant les cambriolages. En effet, les cambriolages affichent une nette hausse de 9%. « Les actions seront renforcées dans ce domaine avec prochainement une signature de convention avec plusieurs sociétés de télésurveillance » annonce Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts, le Préfet des Vosges.

Plus de cambriolages

Pour le procureur Etienne Manteau, c’est une vraie problématique. « Il s’agit de phénomènes en série. On a noté une augmentation brutale. Ils sont souvent dus à une équipe organisée et originaire des Pays de l’Est. Le temps que les services agissent, ils sont repartis dans leur pays. » explique-t-il. Les cambriolages ont souvent lieu de 17h à 19h en fin de journée avant le retour des propriétaires. « plus d’une centaine de faits sont clairement imputés aux bandes organisées originaires des Pays de l’Est avec des vols de bijoux et d’outillage » poursuit le Colonel Dominique Schoener, le commandant du groupement de gendarmerie des Vosges.

Attention, piratage des données des entreprises

Autre fait en augmentation sur les Vosges, le piratage des données d’entreprises avec demande de rançon en échange des données cryptées. « En général un collaborateur de l’entreprise reçoit un mail avec une pièce jointe. Quand il ouvre la pièce jointe, toutes les données de l’ordinateurs sont cryptées et donc inexploitables. Les pirates demandent une rançon en échange des données cryptées. » commente le commandant du groupement de gendarmerie des Vosges. Ce phénomène touche les petites entreprises qui n’ont pas sauvegardé les données et qui perdent ainsi leur comptabilité et autres informations essentielles.

« Il ne faut pas ouvrir une pièce jointe si on n’est pas certain de son expéditeur. S’il est déjà trop tard, il faut enlever la prise réseau pour ne pas contaminer tous les ordinateurs de l’entreprise et contacter les forces de l’ordre » conseille le Colonel Dominique Schoener.

Des stupéfiants à la hausse

Les stupéfiants sont aussi en hausse en passant de 36 à 61 faits constatés, mais « ils témoignent de l’activité des forces de police et de gendarmerie ». Pour le Préfet des Vosges, « ce résultats est à mettre en perspective avec l’important travail de prévention des correspondants anti-drogue affectés dans les compagnies de gendarmerie et qui vont à la rencontre avec les collégiens et lycéens et avec les développement des tests salivaires ».

On note un grand retour de l’héroïne avec des prix très élevés dans le département. Cette année près de 2kg ont été saisis. « Les consommateurs sont de plus en plus vieux. » note le commissaire Roussel.

Sécurité routière : 23 morts sur les routes vosgiennes

En matière de sécurité routière, les Vosges enregistrent une victime de la route supplémentaire par rapport à 2015. Le département déplore 23 morts contre 22 en 2015, 187 accidents contre 162 et 229 blessés contre 231. « La vitesse excessive ou inadaptée est la première cause de mortalité sur les routes suivie des refus de priorité aux piétons et à la circulation puis l’alcool et les stupéfiants et comme facteur aggravant le non port du casque ou de la ceinture de sécurité » assure le Préfet.

Les personnes de 65 ans et plus représentent 40% des victimes alors qu’elles ne représentent que 21% de la population. « De nombreuses actions ont été et seront menées à l’attention du public senior pour les sensibiliser aux risques » affirme Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts qui poursuit avec le problème des deux roues. « 24% des accidents impliquent des deux roues motorisées. Les motards représentent un quart des tués en 2016 et contrairement à ce que l’on entend dans chacun des accidents mortels ils sont responsables ».

C.K.N.

P1250720

« Le département des Vosges se place parmi les départements les plus sûrs de France. » c’est ce qu’a annoncé le Préfet des Vosges lors de la présentation du bilan de la délinquance dans les Vosges. Le département occupe en effet la 74ème place sur 96 dans le classement français. Plus le rang est élevé, moins il y a de faits.

Si les atteintes aux biens sont en diminution dans le département des Vosges, le Préfet appelle tout de même à la vigilance concernant les cambriolages. En effet, les cambriolages affichent une nette hausse de 9%. « Les actions seront renforcées dans ce domaine avec prochainement une signature de convention avec plusieurs sociétés de télésurveillance » annonce Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts, le Préfet des Vosges.

Plus de cambriolages

Pour le procureur Etienne Manteau, c’est une vraie problématique. « Il s’agit de phénomènes en série. On a noté une augmentation brutale. Ils sont souvent dus à une équipe organisée et originaire des Pays de l’Est. Le temps que les services agissent, ils sont repartis dans leur pays. » explique-t-il. Les cambriolages ont souvent lieu de 17h à 19h en fin de journée avant le retour des propriétaires. « plus d’une centaine de faits sont clairement imputés aux bandes organisées originaires des Pays de l’Est avec des vols de bijoux et d’outillage » poursuit le Colonel Dominique Schoener, le commandant du groupement de gendarmerie des Vosges.

Attention, piratage des données des entreprises

Autre fait en augmentation sur les Vosges, le piratage des données d’entreprises avec demande de rançon en échange des données cryptées. « En général un collaborateur de l’entreprise reçoit un mail avec une pièce jointe. Quand il ouvre la pièce jointe, toutes les données de l’ordinateurs sont cryptées et donc inexploitables. Les pirates demandent une rançon en échange des données cryptées. » commente le commandant du groupement de gendarmerie des Vosges. Ce phénomène touche les petites entreprises qui n’ont pas sauvegardé les données et qui perdent ainsi leur comptabilité et autres informations essentielles.

« Il ne faut pas ouvrir une pièce jointe si on n’est pas certain de son expéditeur. S’il est déjà trop tard, il faut enlever la prise réseau pour ne pas contaminer tous les ordinateurs de l’entreprise et contacter les forces de l’ordre » conseille le Colonel Dominique Schoener.

Des stupéfiants à la hausse

Les stupéfiants sont aussi en hausse en passant de 36 à 61 faits constatés, mais « ils témoignent de l’activité des forces de police et de gendarmerie ». Pour le Préfet des Vosges, « ce résultats est à mettre en perspective avec l’important travail de prévention des correspondants anti-drogue affectés dans les compagnies de gendarmerie et qui vont à la rencontre avec les collégiens et lycéens et avec les développement des tests salivaires ».

On note un grand retour de l’héroïne avec des prix très élevés dans le département. Cette année près de 2kg ont été saisis. « Les consommateurs sont de plus en plus vieux. » note le commissaire Roussel.

Sécurité routière : 23 morts sur les routes vosgiennes

En matière de sécurité routière, les Vosges enregistrent une victime de la route supplémentaire par rapport à 2015. Le département déplore 23 morts contre 22 en 2015, 187 accidents contre 162 et 229 blessés contre 231. « La vitesse excessive ou inadaptée est la première cause de mortalité sur les routes suivie des refus de priorité aux piétons et à la circulation puis l’alcool et les stupéfiants et comme facteur aggravant le non port du casque ou de la ceinture de sécurité » assure le Préfet.

Les personnes de 65 ans et plus représentent 40% des victimes alors qu’elles ne représentent que 21% de la population. « De nombreuses actions ont été et seront menées à l’attention du public senior pour les sensibiliser aux risques » affirme Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts qui poursuit avec le problème des deux roues. « 24% des accidents impliquent des deux roues motorisées. Les motards représentent un quart des tués en 2016 et contrairement à ce que l’on entend dans chacun des accidents mortels ils sont responsables ».

C.K.N.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.