Search
lundi 10 déc 2018
  • :
  • :

Suriauville : le village encore en proie à un incendie, probablement d’origine criminelle

image_pdfimage_print

IMGP2962

Trop c’est trop, les habitants de la commune de Suriauville sont en colère et n’en peuvent plus de ces incendies à répétition, dont le dernier en date remonte au 16 novembre. Quant au maire, Alain Thouvenin, il enrage car dans le village tout le monde a une vague idée sur l’identité du présumé «pyromane», et pour l’heure difficile de prendre l’individu sur le fait, ou de le stopper. «Depuis le début de l’année, c’est au moins le dixième incendie, si ce n’est pas plus. Et ce soir, cela aurait pu être très dangereux, car c’est une vieille bâtisse avec des poutres en chêne qui brûlent bien», clamait le maire. La piste criminelle ne fait aucun doute pour Alain Thouvenin, même si les gendarmes sur place se refusaient à tout commentaire. «Ce soir les voisins ont vu quelqu’un s’enfuir en courant après que le feu ait pris», complétait le maire.

C’est à 19 h 54, que l’alerte est donnée pour un feu d’habitation, rue de Contrexéville, mitoyenne des deux côtés, avec un risque de propagation. Des ressources importantes étaient déployées aussi bien en matériel qu’en homme, puisque vingt-sept soldats du feu (de Contrexéville-Vittel, Mandres-sur-Vair, Valfroicourt, Remoncourt et même Neufchâteau), s’activaient à maîtriser les flammes. «On s’occupe d’abord des deux habitations mitoyennes pour stopper la propagation, ensuite on s’attaquera à la grange pour éteindre le foyer», précisait le chef de groupe vittellois, le lieutenant Olivier Poinsot.

«L’une des deux résidences a été récemment rénovée, il y a moins de deux ans, et c’est celle de Claude Brenel», informait le maire. Et c’est justement celle dont le risque de subir la propagation était le plus élevée, puisque les flammes attaquaient déjà la toiture malgré l’arrosage incessant des pompiers. Les techniciens d’Enedis qui ont coupé le courant sur le secteur, prenaient eux aussi des risques à monter sur le poteau tout à proximité du feu, pour sécurisé les risques électriques.

Affaire à suivre quant à l’enquête des gendarmes.

Alain Buffe




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.