Search
jeudi 13 déc 2018
  • :
  • :

Forte mobilisation des gilets jaunes sur la Plaine Si les divers messages de ras le bol sont clairs, la manifestation s’est passée pacifiquement et sans agressivité dans une ambiance bon enfant.

image_pdfimage_print

La fraîcheur matinale n’aura pas découragé les gilets jaunes, car dès 7 h du matin, les opposants par centaine étaient sur la brèche ici-et-là, sur les points stratégiques de la Plaine, de Vittel à Neufchâteau, en passant par Contrexéville et Bulgnéville. Sur le secteur vittellois, le rassemblement était au stade Bouloumié où les organisateurs livraient les consignes et les points à bloquer et à filtrer. De l’avis général sur les différents regroupements : «Tous se passe plutôt bien» comme le soulignait Christophe Ouanoughi, du collectif «Colère Vosges».

Un mécontentement intergénérationnel car on pouvait y rencontrer des jeunes comme des aînés, des travailleurs, des agriculteurs, des retraités, des membres associatifs, des parents accompagnés de leurs enfants. «C’est pour eux aussi qu’on est là et qu’on fait ça», indiquait une maman. Mais également des élus «On est aussi des citoyens avant d’être des élus, et en milieu rural on est très impacté par ces mesures», confiait le maire d’un village.

Mais cette grogne générale, n’empêchait pas la bonne humeur et les sourires sur les points de barrages où la musique adoucissaient les mœurs avec des titres adaptés comme «Antisocial» de Trust, où du Johnny Hallyday…, et où les braseros étaient de sortie pour se tenir au chaud.

Bulgnéville

Grosse mobilisation au rond-point de l’accès de l’autoroute A31. Si l’accès au péage était bloqué, en revanche pour ceux qui sortaient de l’autoroute, ils pouvaient circuler pour rejoindre la commune de Bulgnéville, où les villages avoisinants, à condition d’avoir un peu de patience, de la finesse et de la pédagogie. Ce qui ne fut pas le cas pour deux jeunes femmes des Alpes-Maritimes à bord d’une Porsche, qui ont cru pouvoir jouer de leur charme et de leur sourire, pour franchir les obstacles et reprendre l’autoroute. Mais c’était sans compter sur la détermination des manifestants, et les gendarmeries conseillaient à la conductrice de garder son calme et de suivre un autre itinéraire pour poursuivre sa route. Force est de constater que la cohabitation avec les forces de l’ordre s’est bien déroulée, au point que devant l’insistance de certains automobilistes à vouloir forcer les barrages avec ardeur, malgré toutes les consignes de prudence, l’intervention des gendarmes auprès des opposants s’est avérée salutaire pour éviter toute exaction intempestive de la part des usagers de la route. «Ça se passe bien, et si cela pouvait durer comme ça, ce serait parfait», confiait un militaire.

A 19 h, les gilets jaunes étaient toujours présents pour faire entendre leur irritation.

Contrexéville

Tout comme au péage de Bulgnéville, forte mobilisation au rond-point du Centre Leclerc où l’accès au magasin et aux pompes à essence était complètement bloqué. D’ailleurs le parking était étrangement désert bien que la grande surface ait décidé de rester ouvert. «Si les gens veulent faire leurs courses, ils peuvent… mais à pied», confirmait une manifestante. Là encore, la bonne humeur et la sérénité était de mise et les rares automobilistes qui se hasardaient par là, étaient sympathiquement éconduits. «Ce matin on a quand même eu un mec qui a cherché à forcer le barrage avec sa camionnette, et a voulu nous menacer d’un couteau», expliquait Julien.

Au rond-point de l’Intermarché, les forces étaient moins vives pour bloquer l’entrée de la grande surface et des pompes à essence automates, ainsi que des autres magasins non alimentaire (Kiabi, Joué Club, Plein Ciel…), par voie de conséquences. Toutefois il était possible d’y accéder à pieds.

Neufchâteau

On dénombrait quelque 700 manifestants, selon les forces de l’ordre, répartis sur deux sites. L’un, au rond-point du Centre Leclerc, où les opposants avaient décidé de tout bloquer, et les autres aux ronds-points Central et Albert-Voilquin qui étaient filtrants et plus pacifiques. «A la base s’est un groupe qui s’est greffé et beaucoup plus revendicatif que nous. D’ailleurs les gendarmes ont décidé de se positionner avec eux pour éviter tout débordement et exaltation», précisait l’un des organisateurs.

Vittel

Point ralliement des gilets jaunes, le rond-point à proximité du stade était l’axe central puisque la route direction Épinal était bloquée dans les deux sens (à partir du rond-point d’Haréville), tout comme la voie rapide pour rallier Contrexéville. D’ailleurs un cortège circulait à pieds pour rejoindre leurs camarades thermaux. Néanmoins l’accès pour rejoindre le centre-ville de Vittel était libéré, et pour le reste, les barrages étaient filtrants. Là aussi la sérénité et le calme régnait même si les messages et les banderoles affichaient clairement la grogne.

A 18 h, le rond-point su stade était toujours aussi animé car les manifestants contrexévillois avaient leurs camarades vittellois.

Il convient de saluer la sagesse et la diplomatie dont on fait preuve les gilets jaunes face à des automobilistes agressifs et hargneux, prêt à forcer les barrages sans réelle obligation urgente, si ce n’est de faire les malins et qui n’étaient pas sans savoir les conséquences de ce blocage. Bien que l’on pouvait accéder dans les centres-villes, ceux-ci étaient relativement désertés par les chalands, ce qui a impacté les commerces locaux, car la clientèle était soit à la manifestation, soit elle a préféré rester chez elle.

A 19 h 30, le préfet Pierre Ory, indiquait dans un communiqué, qu’au terme de cette journée de mobilisation contre la hausse des carburants, un millier de manifestants étaient encore présents dans le département, sur une quinzaine de sites, et pour la quasi-totalité sous forme de barrages filtrants. Le préfet rappelait, en le déplorant, que plusieurs personnes ont été blessées au cours de cette journée dans le cadre de ces manifestations. Il appelait donc à la plus grande prudence, à la fois pour les manifestants ainsi que pour les usagers de la route, la nuit constituant un moment plus dangereux et plus accidentogène. Il saluait également les forces de l’ordre très largement mobilisés, eux aussi, pour leur discernement et leur capacité de dialogue.

Alain Buffe




2 réactions sur “Forte mobilisation des gilets jaunes sur la Plaine

    1. Alain Buffe Poster auteur

      Bonjour. Je comprends votre mécontentement mais nous sommes un média d’informations et notre vocation n’est pas de relayer les commentaires sur notre site, quels qu’ils soient… Néanmoins sur la page Facebook, l’expression est plus libre à condition de ne pas diffuser d’insultes.
      Cordialement à vous.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.