Search
mardi 16 oct 2018
  • :
  • :

Rendre attractif les friches hôtelières Opération séduction pour séduire des investisseurs hôteliers

image_pdfimage_print
L'hôtel des Thermes est un parfait exemple de friche hôtelière.

L’hôtel des Thermes est un parfait exemple de friche hôtelière.

Rentrée studieuse pour les élus vittellois avec à l’ordre du jour de ce conseil municipal, trente-trois points plus les questions diverses. Parmi les sujets les plus essentiels, l’installation d’une nouvelle conseillère municipale de la minorité, en la personne Véronique Grossier, en remplacement de Denis Karm, démissionnaire pour raisons professionnelles. Outre ce nouveau statut d’élue, il fallait également procéder à la désignation de celle ou celui qui siégerait en lieu et place de Denis Karm, dans les diverses commissions.

Les points qui semblaient les plus intéressants portaient sur le développement économique et touristique avec la résorption des friches hôtelières et la requalification du quartier thermal, puis la définition d’une stratégie de développement opérationnel. «Ville de renommée internationale, Vittel manque cruellement d’hôtellerie pour accueillir les touristes, les curistes et les congressistes. Cinq hôtels du quartier thermal sont fermés et certains constituent de véritables friche dénaturant la vision de la ville…», énonçait le maire, Franck Perry. En clair, l’édile souhaite solliciter des subventions pour rendre «présentable» aux investisseurs potentiels, le secteur hôtelier où sont situés l’Hôtel des Thermes, le Beauséjour, les Colonies… Un projet évalué à deux millions d’euros financés en partie par les partenaires institutionnels, comme la Grande Région dans le cadre de son schéma de développement touristique, puis le Département avec le contrat de territoire.

Outre ce dessein touristique, la Ville doit aussi anticiper de lourds investissements pour le Palais des congrès, le centre de préparation omnisports dans la perspective des jeux olympiques de 2024, et l’établissement thermal qui porte un projet d’agrandissement par extension. De fait, la municipalité doit imaginer un scénario, de développement pour les prochaines années, et dans cette optique, s’est rapprochée de la Caisse de dépôts et consignations, qui s’est elle-même mise en relation avec Atout France (agence de développement touristique de la France), pour un échange constructif. Il s’agira d’élaborer une stratégie marketing, digitale et financière, s’appuyant sur des études de marché.

Autre point qui a retenu l’attention et a nécessité une présentation, le programme d’intérêt général (PIG) sur le «Habiter mieux». La communauté de communes Terre d’Eau a mis en place, en décembre 2016, un programme pour une durée de trois ans, afin d’apporter son soutien au quarante-cinq communes du territoire, en matière d’habitat et de logement. En partenariat avec l’Anah (agence nationale pour l’amélioration de l’habitat), l’état, la Région et le département, le programme prévoit d’aider 195 dossiers, destinée aux propriétaires occupants qui envisagent des travaux d’amélioration dans le but de réduire leur facture énergétique, de maintenir à domicile des personnes en situations de dépendance et de traiter l’habitat indigne ou dégradé.

La première année, 41 dossiers ont été déposés sur les 46 estimés, la seconde année, 39 sur les 72 de prévus. Il convient donc d’informer au maximum, des possibilités d’améliorer son logement avec des aides conséquentes.

Alain Buffe

Synthèse du conseil municipal du 27 septembre 2018




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.