Search
vendredi 17 août 2018
  • :
  • :

Vide-greniers : le jeu de l’offre et de la demande La canicule a découragé quelques exposants mais pas les visiteurs.

image_pdfimage_print

Alors que le président du club cartophile, Jean-Pierre Laurrin, avait annoncé la présence de quelque trois-cent exposants, certains emplacements étaient étrangement vides dans les artères de la cité thermale. «Je ne comprends pas car ils avaient pourtant réservé et payé leur linéaire. Pourtant c’était des professionnels mais visiblement la chaleur caniculaire les a dissuadé de venir», expliquait l’organisateur. Toujours est-il que la plupart des «marchands» amateurs interrogés, semblaient enjoués et satisfaits de leur journée, à l’instar de Frédéric Lévy. «J’ai pratiquement tout vendu», confirmait-il.

Quant aux professionnels, ils étaient beaucoup discrets sur les transactions de leur journée, car le sujet reste tabou. Mais ce n’est un secret pour personnes que leurs plus grosses opérations se fait le matin très tôt, car à peine ont-ils déballé, que les premiers clients sont déjà à l’affût des bonnes occasions. Mais le plaisir des visiteurs, c’est de chiner le petit objet coup de cœur, et de négocier le prix… à la baisse.

Ce vide-greniers est un véritable marché de l’occasion où l’on trouve de tout, mais vraiment de tout : jouets, vêtements, accessoires divers, ustensiles de cuisine, électroménager, électroniques, livres, bibelots en tout genre, petits meubles… Mais force est de constater que la canicule a eu un impact sur la journée, car le public était clairsemé et moins dense que les éditions précédentes. Et le moindre coin d’ombre valait son pesant de cacahuètes. En revanche les bars et les glaciers étaient les bienvenues pour étancher les soifs.

Alain Buffe




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.