Search
vendredi 21 sept 2018
  • :
  • :

Pur jus du producteur au consommateur Les particuliers arrivent avec leurs fruits à transformer et ont le plaisir de repartir avec leur jus pressé.

image_pdfimage_print

Fraîchement opérationnel, l’atelier de transformation de fruits et miellerie de la communauté de communes Terre d’Eau installé dans la zone d’activité d’Auzainvilliers, a accueilli ce jeudi, sa seconde session avec deux nouveaux clients.

Michel Agnus et son fils Hervé sont de Saint-Ouen-lès Paray qui est sur le territoire de la com-com. «Au départ, on pensait avoir ramassé 100 kg de pommes pour les presser, puis ce fut 200, et finalement c’est avec 300 kg qu’on est venu aujourd’hui. Auparavant nous allions à Toul, et nous avons appris par un flyer l’ouverture de cet espace. C’est quand même plus pratique pour nous question proximité, et surtout on peut repartir avec le jus de nos fruits, et ça c’est une grande satisfaction car n’est pas le cas partout», réagit Michel Agnus.

Pour l’heure, il est demandé un minimum de 100 kg de fruits pour accéder à la transformation, réservée uniquement à une clientèle de particuliers. Toutefois les personnes peuvent aussi se regrouper pour atteindre la quantité nécessaire. Pour tous renseignements, joindre la communauté de communes Terre d’Eau au 03 29 05 29 24 ou sur le site www.cc-terredeau.fr

Phase 1 : le broyage des fruits

Les pommes sont déposées dans le broyeur pour en faire de la pulpe qui sera pressé. A l’occasion le président de la Com-Com, Christian Prévot, n’hésite pas à mettre la main à la pâte.

Phase 2 : récupération de la pulpe

Une fois les fruits broyés, on récupère la pulpe que l’on met en plusieurs couches sur des filtres en tissu pour récupérer les déchets à l’issu du pressage et qui seront donnés à un agriculteur pour ses bêtes qui en sont friandes.

Phase 3 : le pressage

Pressage

Les piles de fruits broyés sont pressées hydrauliquement au point qu’il ne reste qu’une infime épaisseur comme déchet. Le jus tiré est filtré une première fois.

Phase 4 : filtrage et pasteurisation du jus

Le jus recueilli est filtré au moins deux fois. Ensuite le client a le choix de le faire pasteuriser ou pas. L’avantage d’une pasteurisation est sa durée de conservation, qui peut être de deux ans en cubi et s’il n’est pas ouvert. Sinon plusieurs mois après son ouverture.

Phase 5 : conditionnement

Remplissage

Une fois pasteurisé, le client peut choisir son conditionnement en cubi de 3 ou 5 litres, que Christophe (en photo) se charge d’effectuer quand la machine ne fait pas des siennes.

 Les coûts

Cet espace de transformation n’est pas réservé qu’aux habitants du territoire de la communauté de communes, il est aussi ouvert aux résidents extérieurs. Toutefois le prix sera légèrement plus élevé pour ceux hors zone.

Pour un broyage simple : 0,10 euro par litre (0,20 hors com-com)

Pour un broyage et pressage non pasteurisé : 0,40 euro par litre (0,50 hors com-com)

Pour un broyage et pressage pasteurisé : 0,75 euro par litre (0,85 hors com-com)

Il convient d’ajouter pour le conditionnement : 0,90 + 1,43 euros pour un cubi de 3 litres, ou 1,05 + 1,50 euros pour un cubi de 5 litres.

La communauté de communes propose également la transformation pour du miel. Le tarif est de 6 euros par hausse (cadre) et 3 euros au-delà de 10 hausses. Pour les habitants hors zone com-com, ils devront rajouter 0,10 euros (6,10 euros, ou 3,10 euros).

Alain Buffe




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.