Search
mardi 18 déc 2018
  • :
  • :

Le plein de rock aux Bouteilles Folles Chaud et show sont les deux mots qui ont caractérisé la 5e édition de ce festival de rock.

image_pdfimage_print

Il y avait deux types de public hier soir à la 5e édition des Bouteilles Folles, les puristes du rock et du rock métal, et les personnes qui ont profité de ce concert pour faire une sortie en famille ou entre amis. Comment les reconnaître ? Un indice, ceux qui appréciaient cette musique était les plus près de la scène…

Initié par Alexandre Chopinez, Anthony Fremiot et Nicolas Masson, ce festival a pris ses marques dans la cité thermale, et de plus en plus de groupes confirmés viennent se produire sur la scène vittelloise. Ils auraient dû être quatre pour cette soirée, mais la formation «Radio Bistro» a dû décliner l’invitation. «Un des membres a eu un accident, du coup ils ont annulé leur représentation et on a dû s’adapter», confirmait Alexandre Chopinez.

Pour ouvrir le bal, le groupe nancéien «Bridge of Souls» avec un répertoire de rock et rock métal progressif et alternatif. Autant dire que l’auditoire était un public averti et peu nombreux. «Les gens ont tendance à arriver tardivement dans la soirée», précisaient les organisateurs L’ambiance est arrivée quand la formation orléanaise «La Jarry» a pris possession de la scène et a commencé à enflammer le public thermal déjà plus conséquent, avec un rock un peu plus conventionnel et des textes à thème comme celui écrit par Florence Cassez «Marque d’amour», arrêtée et emprisonnée pour soixante années au Mexique, puis finalement libérée en 2013. Les frères Benoit et David Pourtou et leurs collègues musiciens ont su allumer la flamme des vittellois qui ont commencé à se lâcher, la nuit tombée. Le dernier groupe verdunois «Daisy Driver», n’avait plus qu’à balancer leur musique pour conquérir définitivement l’assistance et faire de cette 5e édition, un nouveau succès.

Quant aux amis du rugby, ils ont une fois de plus assuré à la buvette et à la restauration, même si parfois l’attente était un peu longue pour se sustenter.

Alain Buffe




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.