Search
lundi 24 sept 2018
  • :
  • :

La méthanisation pour une énergie verte et bio Le président du département, François Vannson a visité une unité de méthanisation à Mandres-sur-Vair.

image_pdfimage_print

Une plateforme de méthanisation avec des installations flambantes neuves et opérationnelles depuis le mois de février, des bâtiments pourvus de cellules photovoltaïques, cela méritait bien la visite du président du département, François Vannson, plutôt impressionné par la réalisation. Il était accompagné de Daniel Thiriat, maire de Mandres-sur vair et vice-président de la communauté de communes Terre d’eau, de Luc Gerecke, vice-président du conseil départemental et premier magistrat de Contrexéville, puis de Benjamin Mathieu de la ferme du Pichet à Norroy et président de Méthavair, acteur et partenaire de cette unité de méthanisation. Une visite guidée menée par Patrick Marchand, le gérant d’ABCDE et Loïc Delettre, directeur administratif financier et technique.

Energie verte et bio

Au départ, l’entreprise ABCDE qui a été créée en 1988 et implantée sur le présent site depuis 1997, est spécialisée dans le compostage. Elle lance une réflexion commune avec Benjamin Mathieu, l’un des associés de la ferme du Pichet (Norroy), sur une unité de méthanisation. «C’est un projet qui a mûri pendant quatre ans avant de lancer la concrétisation et les travaux», confirme ce dernier. Une entente qui mène à une association et à la création de Méthavair, dont Benjamin Mathieu assure la direction. De-là des partenaires comme l’entreprise SAUR et Seko (Benjamin Croisier) ont adhéré au projet. «Il était important de réunir des compétences locales. D’ailleurs un horticulteur devrait bientôt nous rejoindre», ajoute Patrick Marchand.

Cette entité qui emploie une douzaine de personnes, transforme les déchets organiques et alimentaires, puis les déchets de voirie dont 40 % sont organiques pour produire 360 kw d’énergie verte qu’elle revend à EDF. «Et bio également car nous sommes aussi dans une démarche écologique», s’empresse de préciser Benjamin Mathieu. «Ces 360 km peuvent fournir jusqu’à quelque 8 500 foyers. Pour 2019, nous devrions atteindre les 450 kw, puis l’année suivant les 500 kw», informe à son tour, Loïc Delettre.

Clients prestigieux

Coût de l’implantation jusque-là, entre 1,8 million d’euros et 2 millions et pour la réalisation complète d’ici 2019, la somme totale devrait atteindre les 2,5 millions, que l’unité espère amortir sur huit ans, dixit Benjamin Mathieu.

Parmi les clients figurent quelques entreprises qui ont une démarche écologique en déposant leurs déchets organiques dans cette plateforme. «Nous avons le Club Med et également la fromagerie de l’Ermitage. Pour Nestlé, c’est un peu plus compliqué car ils ont des normes de traçabilité drastique, mais nous y travaillons», précise Loïc Delettre.

Alain Buffe




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.