Search
lundi 24 sept 2018
  • :
  • :

Le géocaching fait de plus en plus d’émules

image_pdfimage_print

Le géocaching, Késako ? C’est une activité ludique entre la chasse aux trésors et la course d’orientation, version 2.0, qui consiste à trouver des caches en utilisant la technique de la géolocalisation par GPS. Et pour les plus jeunes ou les geeks, une version de Pokémon Go. Un jeu de piste qui se joue dans le monde entier dans plus de 180 pays, et par quelque sept millions de personnes.

Dans la version proposée, tous les samedis après-midi, par les offices de tourisme de Contrexéville et Vittel, le but est de trouver des endroits où sont cachés des contenants de différentes tailles et formes, renfermant un «logbook» où l’on inscrit son passage. «Les objets sont toujours à portée de main, soit en hauteur, soit au sol. Il faut parfois bien fouiller pour les trouver. Ils sont situé dans un endroit à l’extérieur, qui ne sera jamais dans un bâtiment ou un lieu de culte, et qui présente un intérêt historique. Une fois l’objet trouvé, il faut toujours le remettre à sa place pour les autres participants», expliquait Stéphanie Culotta, qui anime cette activité depuis la saison dernière, en alternance entre les sites de Contrexéville et Vittel.

Après un petit débriefing sur la manière de jouer, puis sur l’utilisation du GPS (fourni), le petit groupe se mettait en marche vers la première cache, dans le parc thermal. Longitude, latitude, orientation à prendre, nombre de mètres à parcourir, et c’est parti ! Une balade où la vitesse et la compétition n’avaient pas leur place, car cette activité c’est aussi de découvrir les paysages environnants et accessoirement de sympathiser avec les autres participants. Arrivés sur les lieux, les concurrents cherche ici et là, autour de l’exèdre à musique qui date de 1935. Et voici qu’une candidate, en fouillant bien au pied d’un arbre, dans un creux, découvre une sphère qui renfermait le carnet de passage et l’historique du patrimoine que se chargeait de lire une autre jeune participante.

Le principe étant bien assimilé, le petit groupe pouvait repartir à la recherche des huit autres caches, car Stéphanie a limité le nombre et la durée de ce géocaching thermal. «Le parcours est à réaliser en deux heures.» Pour y participer, il convient de s’inscrire au préalable dans l’une des deux offices de tourisme. L’activité se déroule le samedi après-midi. Une navette conduira les participants au point de départ. Tous les renseignements sont à prendre à l’office de Contrexéville (03 29 08 08 68) ou de Vittel (03 29 08 08 88).

Alain Buffe




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.