Search
jeudi 16 août 2018
  • :
  • :

La canicule a boosté les soldes Après six semaines, les commerçants vittellois font un bilan. Mitigés pour certains, satisfaisants pour d’autre.

image_pdfimage_print

Qui l’eut cru, la période caniculaire aurait favorisé les ventes pendant les soldes. C’est ce que confie Frédérique Viannez, patronne du magasin de vêtements féminins «La Strada», de la boutique de lingerie «Dentelle Attitude», et de vêtements masculins, «Factory dressing hommes». Trois clientèles différentes, mais un résultat de satisfaction unique. «Cela a été de bonnes soldes pour moi, compte tenu de la fréquentation qui baisse à Vittel. Chez Strada, j’ai pratiquement tout vendu, et étonnamment la canicule a eu un effet positif sur la clientèle. J’ai déjà commencé à recevoir mes collections d’automne. En revanche, six semaines de soldes c’est trop long, quatre semaines c’est bien suffisant. L’idéal serait de les débuter à la mi février pour l’hiver, et à la mi-août pour l’été.»

Discours identique pour Patrick Louviot, du magasin «Max pour hommes», en ce qui concerne la nouvelle périodicité des soldes réduite à un mois. Toutefois son bilan est moins enthousiasmant pour ce qui est du résultat. «Je vais dire que c’est moyen plus car je suis dans un créneau un peu particulier avec des belles marques et une clientèle d’hommes plus proche de la cinquantaine, et au-delà, qui font leur achat pour se faire plaisir. Mais dans le contexte actuellement, je m’en sors pas trop mal.»

Qualité de service, un argument de vente

En revanche, pour Marc-Antoine Trussardi de «La fée maraboutée», ces soldes ont été bénéfiques. «J’ai rien à redire, tout s’est bien vendu et cela permet de faire de la place et se préparer à recevoir les nouvelles collections. Mais ma plus grande fierté, c’est la satisfaction de personnes qui m’ont fait part de leur ravissement de trouver encore des vêtements de qualité, à des prix abordables, comme me l’a confié une cliente du Club Med, qui profite de son séjour à Vittel pour améliorer sa garde robe pendant les soles.»

Pour ce qui est de Laëtitia Henry du magasin de chaussures «Paz’ à pas», excentrée du centre-ville, il y a eu des hauts et des bas. «Si je prends sur la longueur, cela a été régulier. Mais ma clientèle achète beaucoup sur un coup de cœur et pas forcément pendant les soldes, puisque certaines s’intéressent déjà aux collections d’automne. Pour ce qui est de la canicule, comme mon magasin est climatisé, les gens restent un peu plus longtemps pour choisir. Encore faut-il qu’il ait la volonté de sortir de chez eux, pour affronter la chaleur. Passer à quatre semaines de soldes, je suis totalement favorable, mais cela va dépendre des dates.»

Si la réduction de la période de soldes fait l’unanimité, face à la concurrence des grandes villes et des achats sur Internet, tous ne sont pas à la même enseigne pour capter la clientèle. Entre ceux qui sont implantés dans le centre-ville, et les autres qui sont éloignés de la zone de chalandise. Entre les enseignes franchisées et les indépendants. Entre les adhérents aux associations de commerçants, et ceux qui sont hermétiques à ces réseaux.

Alain Buffe




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.