Search
samedi 21 juil 2018
  • :
  • :

Les inégalités femmes-hommes dans le Grand Est : 20% de salaire en moins pour les femmes

image_pdfimage_print

salaires-hommes-femmes-grand-est

A l’occasion de la journée internationale des femmes, l’Insee fait un point sur les inégalités femmes/hommes. Activité, temps de travail, salaires, elles sont un peu plus marquées dans le Grand-Est que dans le reste de la France, notamment dans les Ardennes.

L’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) vient de publier sa dernière enquête sur les inégalités hommes-femmes. Cette enquête révèle que de nombreuses inégalités perdurent en France et sur le Grand Est. Selon ces dernières analyses de l’Insee, dans le Grand Est, les inégalités d’accès à l’emploi entre les hommes et les femmes se sont réduites depuis 25 ans, mais restent parmi les plus fortes de France. La situation varie cependant selon les départements, en lien avec un marché du travail plus ou moins favorable pour les femmes. Ainsi, la tertiarisation de l’économie et la hausse des niveaux de diplômes ont favorisé l’emploi féminin, notamment en Alsace, dans la Marne et en Meurthe-et-Moselle.

Toutefois, l’inactivité et le travail à temps partiel demeurent largement plus fréquents chez les femmes que chez les hommes, surtout quand elles sont mères de jeunes enfants ou de famille nombreuse.

Les écarts de salaires sont parmi les plus importants de métropole

Dans la région, les écarts de salaires entre hommes et femmes sont également parmi les plus importants de métropole : l’écart moyen dépasse 20 %, notamment en Moselle et dans le Haut-Rhin. En effet, les femmes accèdent moins fréquemment à des postes de cadres et sont surreprésentées dans des secteurs d’activités peu rémunérateurs. Les caractéristiques des personnes et des postes occupés expliquent plus de 40 % des écarts salariaux entre hommes et femmes. Une fois ces effets pris en compte, la différence de salaires est l’une des plus faibles de France métropolitaine.

59,6%  des femmes du Grand Est ont un emploi

La part des femmes de 15 à 64 ans en emploi atteint 59,6 % dans le Grand Est et est proche du niveau métropolitain
(61,0 %). La région se place ainsi devant les Hauts-de-France (54,8 %), la Corse, l’Occitanie et Provence-Alpes-Côte-d’Azur, mais loin derrière l’Île-de-France et les Pays de la Loire (64,3 % et 63,8 %).
Ce taux d’emploi est de 7,3 points inférieur à celui des hommes, ce qui fait du Grand Est la quatrième région où cet écart est le plus prononcé, après la Corse, les Hauts-de-France et Provence-Alpes- Côte-d’Azur (respectivement – 13,1,- 9,0 et – 8,1).

Le salaire

Dans le Grand Est, le salaire net annuel moyen des femmes en équivalent temps plein s’élève à 21 365 euros, contre 26 760 euros pour les hommes, soit 20,2 % de moins (figure 4). Le Grand Est est ainsi la troisième région de métropole où les écarts sont les plus grands, après Auvergne- Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côted’Azur (20,6 % et 20,4 %), la moyenne nationale se situant à 18,7 %. Dans la région, les salaires moyens aussi bien féminins que masculins sont inférieurs à la moyenne de province, sauf dans la Marne et
le Bas-Rhin.

C’est en Moselle et dans le Haut-Rhin que la différence entre les salaires des femmes et des hommes est la plus importante, aux troisième et quatrième rangs parmi les départements de province, après le Territoire de Belfort et la Haute- Garonne (24,8 %et 23,1 %). À l’opposé, en Haute-Marne et dans la Meuse, elle est la plus réduite du Grand Est. C’est aussi dans ces deux départements que les salaires moyens féminins et masculins sont les plus faibles.
L’écart salarial est le plus prononcé parmi les cadres et professions intellectuelles supérieures (21 %). Il est le plus bas pour les employés (10 %).

En 2012, la différence de salaire entre les femmes et les hommes était de 20,7 %, soit une diminution de 0,5 point entre 2012 et
2015, comme au niveau national. C’est dans les Vosges que la réduction a été la plus importante, – 1,5 point. À contre-courant,
dans la Meuse et en Moselle, l’écart est resté quasi stable. Dans la région, il a baissé de 1,5 point pour les cadres, il est demeuré presque identique pour les employés tandis qu’il s’est creusé pour les professions intermédiaires (de 0,9 point).




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.