Search
jeudi 23 nov 2017
  • :
  • :

Vosges – Les forains font valoir leurs arguments à l’encontre de la Loi « Sapin 2 »

0153

Les forains présents à la fête de Remiremont participent activement au mouvement national déclenché par leur intersyndicale. Ce mardi 12 septembre 2017 à 13 h 30, ils ont été rejoints par d’autres collègues basés à Mirecourt, Charmes ou encore à Pont-De-Roide dans le Doubs. Une véritable mobilisation avec plus d’une vingtaine de camions ainsi réunis afin de participer à l’opération escargot partie à 14 h 15 de l’aire de Ranfaing à Saint-Nabord, afin de rejoindre le rond-point de Chavelot et revenir en sens inverse jusqu’à l’aire de la Croix Saint-Jacques.

La détermination des forains est claire. Ils ne veulent pas entendre parler de la loi « Sapin 2 » et rejettent en bloc l’Ordonnance en date du 19 avril 2017. Une ordonnance qui impose notamment de soumettre la délivrance de certains titres d’occupation du domaine public à une procédure de sélection de candidats.

David Dupont fait partie d’une troisième génération de forains et affiche toute sa fierté d’avoir été « dans le bain » dès l’âge de 10 ans. Tout comme ses collègues, il est révolté : « cette ordonnance a été imposée. Elle traduit que toute occupation du domaine public sera soumis à appel d’offres. C’est là où le bât blesse, car cela veut dire que l’on va se retrouver face à des privés » assure t-il. Le porte-parole des forains poursuit : « le règlement des fêtes foraines a été négocié dans les années 70, il présente toute sa validité auprès des municipalités. Ce règlement national constitue un droit d’ancienneté, mais avec l’application de l’ordonnance, certaines garanties peuvent sauter. Certes, les municipalités ont leur mot à dire, mais on est à la merci » martèle David Dupont.

Le représentant des forains est inquiet : « Avec la perspective de voir arriver des privés, il est certain que la qualité des fêtes sera sacrifiée au profit de l’aspect financier ». Il précise encore « que les forains ne sont rattachés à aucun Ministère, les syndicats le demandent. On ne parle jamais des forains ni au Sénat, ni à l’Assemblée Nationale. Alors, la seule façon de se faire entendre, c’est de déclencher ce mouvement aujourd’hui ».

C’est effectivement à 10 km/h, sirènes et klaxons hurlants, que le grand convoi s’est ébranlé depuis l’aire de Ranfaing en direction de Chavelot. Un passage ouvert par les motards et autres véhicules de la Gendarmerie. Les chauffeurs des quelques camions positionnés en double file avaient néanmoins reçu la consigne de se rabattre afin de laisser passer, le cas échéant, ambulances et autres véhicules de secours.

De toute évidence, cette opération escargot a vite provoqué son effet avec la formation d’un important bouchon. Un bouchon qui s’est renforcé au fil des kilomètres. Face à une ordonnance qu’ils ne peuvent accepter, les forains ont dicté leur loi en ce mardi de septembre.

Article et photographies : Denis Philippe.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *