Search
dimanche 28 mai 2017
  • :
  • :

L’agriculture bio, une filière en plein essor dans les Vosges !

image_pdfimage_print

079A2184-dualiso

Le département des Vosges compte 259 fermes biologiques ou en conversion, ce qui représente 34% des exploitations biologiques de la région Lorraine. Ce mercredi a eu lieu à la chambre d’agriculture des Vosges l’assemblée générale du groupement des agrobiologistes des Vosges.

E80A2699-dualisoL’année 2016 représente une année particulièrement riche en matière d’installation et de conversion à l’AB, avec pas moins de 37 exploitations qui sont passées en conversion sur l’ensemble du département. Les surfaces bio ou en conversion représentaient fin 2015 déjà 7,1% de la SAU du département, alors que la moyenne dans la région Grand-Est était seulement de 3,2% selon les chiffres de l’Agence Bio.

Le GAB 88, le Groupement des Agriculteurs Biologiques des Vosges permet aux agriculteurs biologiques d’échanger, d’être représentés et accompagnés.

Cette association dynamique et solidaire fédère les agriculteurs biologiques des Vosges, leur permettant de se rassembler, de s’impliquer dans le développement de l’agriculture biologique, d’être plus visibles et de partager ensemble des moments de convivialité.

L’assemblée générale annuelle du GAB est un moment important qui permet de présenter le bilan de l’année écoulée, de faire émerger les besoins des agriculteurs biologiques et d’identifier les actions à mettre en place pour l’avenir.

Cette année, le Conseil d’Administration du GAB 88 a choisi comme thème principal pour son assemblée générale : « les externalités de l’agriculture biologique », c’est-à-dire l’ensemble des services non marchands qui sont rendus par l’agriculture biologique, qu’il s’agisse d’impacts environnementaux, sociaux ou sur la santé humaine.

E80A2686-dualisoCe choix résulte de la publication en novembre 2016 par l’Institut Technique de l’Agriculture Biologique (ITAB) d’une étude intitulée « Quantifier et chiffrer économiquement les externalités de l’agriculture biologique ? ». Cette étude, réalisée par l’ITAB avec l’appui de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), résulte d’une commande faite en juin 2015 par le Ministre Stéphane Le Foll à la suite de la demande qu’en avait fait au Sénat l’écologiste Joël Labbé.

Dans ce rapport de 134 pages, et dans la synthèse de 20 pages qui l’accompagne, l’ITAB met en évidence les nombreux bénéfices de l’agriculture biologique, et se base sur des références bibliographiques nombreuses et rigoureuses pour tenter de les quantifier.

Ce travail apporte ainsi au travers d’une argumentation chiffrée les preuves qui manquaient jusqu’alors pour démontrer la supériorité de l’agriculture biologique sur l’agriculture conventionnelle en terme d’impacts positifs sur différents items comme la santé, l’environnement ou encore les performances sociales.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *