Search
samedi 21 oct 2017
  • :
  • :

Orange quitte le centre-ville de Neufchâteau Licenciement économique pour les employées

(L'agence Orange située rue de France à Neufchâteau)

(L’agence Orange située rue de France à Neufchâteau)

Depuis plus de cinq ans, Aurélie, Géraldine et Émilie sont l’âme de la boutique Orange, située rue de France. Le 15 avril prochain sera leur dernier jour de travail dans cette agence.

Le 4 mars dernier, les trois employées néocastriennes apprennent la mauvaise nouvelle : Orange cesse tout contrat de franchise avec les agences appartenant à WELcom. L’agence de Neufchâteau est touchée, mais aussi celles de Langres, Toul, Pont-à-Mousson, Saint-Mihiel et Bar-le-Duc, ce qui représente 18 postes.

« La raison donnée par l’opérateur est de centraliser des agences Orange sur les grandes villes comme Nancy, Épinal ou Chaumont » explique Aurélie. Suite à cette annonce, les trois jeunes femmes ont décidé de tout faire pour que leur histoire soit relayée au maximum. « L’année dernière plus d’une centaine d’agences Orange ont été fermées en France et nous n’en avons pas entendu parler, alors nous avons décidé d’avertir le plus de monde possible sur les méthodes qu’utilise le groupe » atteste l’employée. Pour cela, elles ont lancé une page de soutien sur les réseaux sociaux afin de toucher le maximum de personnes.

« Pour nous c’est difficile de venir travailler alors que l’on sait que tout va s’arrêter bientôt » soupire Emilie. L’arrêt de la franchise avec l’opérateur de téléphonie induit pour Aurélie, Géraldine et Émilie un licenciement économique et la perte de leur CDI à temps plein. Le patron de WELcom a demandé leur reclassement dans d’autres agences.

Après cette annonce, les trois jeunes femmes ont averti de la situation Simon Leclerc, le maire de Neuchâteau qui a tenu à informer par écrit, Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts, le préfet des Vosges.

Une pétition est disponible dans l’agence néocastrienne et une manifestation est prévue demain matin à Pont-à-Mousson. Aurélie, Géraldine et Émilie vont s’y rendre afin de s’exprimer sur les conditions de leur licenciement.

Cliquez ici pour la page de soutien.

 

A.J.

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *